Orsys


ORSYS portrait Aurelie
Temps de lecture : 2 minutes Ce mois-ci, nous faisons la connaissance d’Aurélie, responsable digital learning au pôle création chez ORSYS. Elle nous parle de son métier, mais aussi de sa passion pour la mode, qui n’en est pas si éloignée en termes de créativité. Est-ce que tu peux te présenter à nos collègues en quelques mots ? Je m’appelle Aurélie, j’ai 38 ans le mois prochain. Le 1er pour être exact et ce n’est pas un poisson d’avril ! Quand et comment es-tu arrivée chez ORSYS ? C’est une histoire professionnelle un peu atypique. J’y ai d’abord fait un stage en janvier 2015, lors de ma certification professionnelle, dans l’équipe Offre et Qualité… pour y revenir 5 ans et demi plus tard ! Beaucoup de chemin a été parcouru depuis mais c’est agréable de retrouver les personnes que j’avais pu croiser à l’époque, (presque) comme si c’était hier… Qu’est-ce que tu fais chez ORSYS ? Je suis responsable digital learning (voir par exemple : e-learning, e-learning sur mesure), et plus particulièrement du studio de création sur mesure. J’accompagne les entreprises dans la création de parcours ou de cours sur mesure en digital learning. En véritable chef de projet, je coordonne et pilote toutes les étapes du projet pour livrer la solution la mieux adaptée à leurs besoins. Et quand tu n’es pas chez ORSYS ? Ce qui m’intéresse : la mode, la mode, la mode ! En tant que styliste de métier et conseillère en image, j’adore tout ce qui a trait à la mode. Je continue à me tenir informée des dernières tendances en regardant les défilés, en lisant la presse spécialisée et, lorsque c’était encore possible, en allant voir des rétrospectives au Palais Galliera. Depuis quelque temps, je conseille ma belle-sœur qui a monté sa marque de prêt-à-porter pour femmes appelée Sydros, avec des pièces fabriquées en France et en vente exclusivement sur Internet. Vous pouvez d’ailleurs suivre la marque sur instagram : @sydros_label. Ce que tu préfères dans ton travail : L’originalité, l’inventivité et la créativité ! Chaque projet est différent, on ne s’ennuie pas. Le travail collaboratif aussi est moteur : infographiste, comédien, concepteur, expert métier… chacun apporte sa pierre à l’édifice. La pédagogie est souvent trop « sérieuse ». Bien sûr qu’elle est la pierre angulaire de notre métier, mais ce n’est pas pour autant qu’elle doit être austère et condescendante. Au contraire, rien de mieux qu’une formation où l’on ne se rend pas compte qu’on est en train d’apprendre. À quoi ressemble une journée typique chez ORSYS pour toi ? Toutes les journées sont différentes et riches : répondre à des demandes clients, participer à des workshops, finaliser une capsule e-learning avec le studio… Quand on fait quelque chose qui nous plaît, les journées passent vite. Si tu changeais de métier, tu serais… ? Certainement quelque chose en lien avec la mode ou le luxe ! Ma carrière professionnelle a toujours eu comme fil conducteur le goût de l’esthétique et la transmission. Une chanson/musique à écouter en travaillant ? Les compilations de l’Hôtel Costes ou l’album Tourist de St Germain. Fun facts : 3 choses que tes collègues ne […]

Portraits d’ORSYSIENS – Aurélie, responsable digital ...


reskilling upskilling video ORSYS
Temps de lecture : 2 minutes Dans cette vidéo, Kahina, responsable reskilling/upskilling chez ORSYS, vous explique en quoi les solutions de reskilling et d’upskilling renforcent compétitivité des entreprises et employabilité des collaborateurs ou des futurs talents ! RAPPEL : qu’est-ce que le reskilling ? Le reskilling est une solution de recrutement efficace ! En effet, le reskilling est un outil pertinent pour recruter des personnes ayant le potentiel et la volonté d’acquérir de nouvelles compétences. Il permet alors de leur offrir, via un parcours de formation, toutes les qualifications nécessaires pour exceller dans un métier. Lire/relire également : « Le reskilling, qu’est-ce que c’est ? Alors, quels bénéfices pour les entreprises ? Faire face à la pénurie de profils qualifiés. Recruter ses collaborateurs sur des critères à la fois de savoir-faire et de savoir-être. Être en phase avec les dernières avancées technologiques. Accroître sa compétitivité. Et, quels bénéfices pour les candidats ? Une reconversion professionnelle vers des métiers d’avenir. Valoriser leur employabilité aussi bien que répondre aux besoins réels du marché du travail. Avoir un emploi en CDI à l’issue de leur formation. Mais, comment peut-on financer le reskilling ? PAR LA POEI : UN DISPOSITIF POUR LE RECRUTEMENT ET LA RECONVERSION En effet, mise en place par le Pôle Emploi, la POEI (Préparation opérationnelle à l’emploi individuelle) est un dispositif de financement qui vise à soutenir les demandeurs d’emploi dans leur démarche de reconversion et d’accès à l’emploi. En outre, la plupart du temps, ce dispositif est cofinancé par l’OPCO du recruteur qui est à l’initiative du projet. Visionnez notre vidéo Lire/relire aussi : « Le reskilling et l’upskilling en 7 questions » par Sophie, cheffe de projet Les parcours proposés*   Technicien HelpDesk Concepteur Développeur PHP Intégrateur DevOps Commercial, Business Developper IT Consultant Cybersécurité Concepteur Développeur Full Stack Javascript Consultant Cyberdéfense SOC   Concepteur Développeur .NET Consultant Big Data, NoSQL Concepteur Développeur PYTHON Consultant CRM SALESFORCE Administrateur systèmes et réseaux Concepteur Développeur Java/JEE Testeur   *Si votre recrutement concerne d’autres métiers, nous pouvons également créer des parcours sur mesure. Et le contact ? Entreprises ou candidats, pour vous accompagner sur votre projet, contactez-nous à l’adresse : reskilling@orsys.fr

ORSYS TV : l’offre RESKILLING/UPSKILLING, un ...


Plage - Laetitia - ORSYS
Temps de lecture : 3 minutes C’est au tour de Laëtitia, responsable recrutement, de se prêter au jeu des Portraits d’ORSYSIENS ! Une collègue pleine de bonne humeur, qui aime le contact avec les gens… et les baskets. Est-ce que tu peux te présenter à nos collègues en quelques mots ? Je m’appelle Laëtitia, j’ai 26 ans et bientôt 27 puisque je suis née le 12 janvier. Donc n’oubliez pas de me glisser un petit mot ce jour-là J (NdlR : si vous lisez ceci après le jour J, dites-vous que vous êtes toujours à temps. Joyeux anniversaire Laëtitia !). Quand et comment es-tu arrivé(e) chez ORSYS ? Je suis arrivée chez ORSYS en février 2019. Ça va donc faire bientôt deux ans que je suis là. Diplômée en septembre 2018, j’étais à la recherche de mon premier CDI et je visais les postes orientés recrutement avec la gestion du processus en intégralité. Je ne connaissais pas du tout ORSYS, mais je me suis renseignée et ça m’a bien plu donc j’ai tenté ma chance. J’ai été contactée pour un premier échange téléphonique puis tout s’est fait très vite : j’ai rencontré Rodolphe (responsable recrutement des formateurs aujourd’hui) et Lucie (direction adjointe grands projets) avant de rencontrer Giuseppe (directeur grands projets) et Michel (directeur général) une semaine après. Quand Rodolphe m’a recontactée pour me dire qu’ORSYS souhaitait m’embaucher, c’était ma première victoire dans le monde du travail après mes alternances. Qu’est-ce que tu fais chez ORSYS ? Je suis entrée chez ORSYS en tant que chargée de recrutement et, depuis peu, j’ai eu la chance de voir mon titre évoluer au rang de responsable. Je m’occupe donc de recruter tous les collaborateurs internes d’ORSYS, aussi bien pour les fonctions commerciales que les fonctions supports et ce, pour les 27 centres ORSYS. De plus, lorsqu’il y a des besoins, je m’occupe aussi du recrutement des alternants, des stagiaires et des intérimaires. Et quand tu n’es pas chez ORSYS ? Quand je ne suis pas au travail, mes passe-temps sont plutôt classiques : sorties entre amies ou en famille, restaurant, mais surtout du shopping (et encore beaucoup de shopping !). Oui, je suis une grande acheteuse compulsive – je pense d’ailleurs avoir un problème : je voue un amour inconsidéré aux baskets ! Sinon j’aime beaucoup voyager (fichu COVID-19) et découvrir de nouvelles villes et pays. D’ailleurs, mon dernier voyage marquant en date est le Mexique, et j’en ai gardé de très bons souvenirs. Sinon, étant une adepte du Paris-Saint-Germain, je suis présente à chaque match du PSG au parc des Princes depuis que j’y suis abonnée. Ça peut être surprenant, mais mon papa n’a pas résisté à l’envie d’inclure sa fille dans sa passion pour ce club – je suis donc une habituée depuis l’âge de 12 ans ! Encore mieux : je fais (en temps normal) beaucoup de déplacements à l’étranger pour assister aux matchs extérieurs du PSG en Ligue des Champions. Donc le Camp Nou et Santiago-Bernabéu n’ont plus de secrets pour moi. J’ai eu la chance aussi de découvrir l’Allianz Arena ou encore Anfield. Des déplacements qui se […]

Portraits d’ORSYSIENS – Laëtitia, responsable recrutement



On premise versus cloud - ORSYS
Temps de lecture : 4 minutes Et comment choisir et se former ! Les obstacles souvent évoqués pour s’opposer au recours du cloud sautent les uns après les autres. Pour autant, une entreprise doit composer avec son existant et la montée dans le nuage reste progressive. Comme dans d’autres domaines, la crise de la COVID19 aura servi d’accélérateur à l’adoption du cloud. Pour continuer leur activité, les entreprises ont dû organiser le travail à distance et poursuivre la digitalisation de leur offre afin de maintenir le lien avec leurs clients. Les entreprises ne partaient toutefois pas de zéro. Initiée au début des années 2000, la montée vers le cloud était déjà bien engagée. Selon une étude du cabinet Markess, 48 % du parc applicatif des sociétés françaises pourrait basculer ou être hébergé dans des clouds publics d’ici début 2021. Les atouts du cloud sont connus À la différence de l’hébergement « on-premise » (sur site), avec le cloud, l’entreprise n’a plus d’infrastructure à gérer, de logiciels à déployer et à mettre à jour, ni de données à sécuriser et sauvegarder. En offrant par ailleurs une infrastructure scalable, s’ajustant en fonction de la montée en charge, et une puissance de calcul potentiellement infinie, le cloud permet de déployer plus rapidement de nouveaux services. Consultant data chez Bial-X et formateur ORSYS, Jean-Emmanuel Bontems observe cette tendance sur le terrain. « Les nouveaux projets sont généralement nativement cloud. Pour les autres, les entreprises doivent composer avec leur existant et c’est le mode hybride qui est le plus souvent retenu afin de faire le pont entre l’ancien et le nouveau monde. » Au fil des années, et plus encore depuis le début de la crise sanitaire, J-E Bontems a vu se lever différents freins régulièrement évoqués pour ne pas monter dans le nuage, qu’il s’agisse des risques liés à la sécurité, à la conformité ou au maintien en conditions opérationnelles. Des craintes souvent irrationnelles. Notamment sur le terrain de la qualité de service, les clouds providers s’engagent sur des niveaux de service garantis (SLAs) avec des taux de disponibilité dépassant les 99,99 %. Ce qu’une infrastructure on-premise ne peut promettre.  » Le cloud public permet, par ailleurs, de mettre en place des plans de continuité ou de reprise d’activité (PCA, PRA) à partir de données géo-répliquées« , poursuit Jean-Emmanuel Bontems. L’expert observe aussi une démocratisation des services cloud. « Par le passé, l’utilisateur devait écrire quelques lignes de code. Aujourd’hui, la console d’administration est accessible à des non-développeurs. Ils peuvent facilement créer un environnement de travail ou souscrire à une infinité de services en quelques clics. » Des tarifs complexes, des coûts peu prévisibles Cependant, la simplicité n’est pas de mise côté tarifs, ce que déplore Matthieu Bouchet, responsable commercial de Bial-X. « Les providers cultivent l’opacité avec des grilles tarifaires particulièrement complexes et difficilement comparables entre elles. Oscillant chaque mois, ces coûts ne sont pas toujours prévisibles, à la différence de ceux d’un serveur en propre. » Le paiement à l’usage peut aussi compliquer la donne sur un plan comptable. En passant d’un mode CapEx (dépense d’investissement) à un mode […]

Cloud versus on-premise : le match


portrait-melissa
Temps de lecture : 2 minutes Nous inaugurons un nouveau format de nos Portraits d’ORSYSIENS avec Mélissa, qui a bien voyagé chez ORSYS depuis qu’elle y est arrivée comme assistante commerciale il y a cinq ans… mais aussi tout autour du monde ! Est-ce que tu peux te présenter à nos collègues en quelques mots ? Je m’appelle Mélissa, j’ai 29 ans et je suis chez ORSYS depuis 5 ans et demi. Quand et comment es-tu arrivée chez ORSYS ? Je suis arrivée chez ORSYS en mai 2015 grâce à quelqu’un qui y travaillait déjà et m’a parlé d’un poste d’assistante commerciale alors que je cherchais à changer de société. J’ai postulé, et j’ai été prise ! Depuis j’ai bien évolué, puisque je suis passée d’assistante commerciale à chef de projets au service appel d’offres, puis d’ingénieure aux grands projets jusqu’à, dernièrement… Qu’est-ce que tu fais chez ORSYS ? Je suis responsable du service RNCP et particuliers. Mon rôle consiste principalement à développer des partenariats pour étoffer notre offre de formations diplômantes, mais aussi à accompagner les commerciaux pour renseigner au mieux leurs clients sur ce produit qui présente de nombreuses spécificités. En ce qui concerne les particuliers et les demandeurs d’emploi, mon rôle se rapproche plus du métier de commercial puisque je dois les orienter vers les bonnes formations, établir des propositions commerciales, les aider dans leur recherche de financement, etc. Et quand tu n’es pas chez ORSYS ? Je pourrais m’inventer une vie de grande sportive mais…. Ce serait mentir ! En dehors d’ORSYS, je voyage autant que possible. Toutes les occasions sont bonnes pour aller visiter une nouvelle ville ou un nouveau pays. Je combine cette passion à la photographie, qui me permet de garder une trace de chaque endroit, chaque rencontre. Ce que tu préfères dans ton travail : La polyvalence ! Les missions sont multiples et ne se ressemblent pas.  J’aime aussi le fait de travailler avec différents profils : des demandeurs d’emploi, des salariés d’entreprises, des conseillers d’organismes financeurs, etc. C’est très enrichissant. Si tu changeais de métier, tu serais… ? Question difficile… Il y a les métiers de raison et les métiers de passion….Si je le pouvais, je travaillerais dans une ONG, ou en tout cas dans un domaine porté vers l’aide aux autres. Une chanson/musique à écouter en travaillant ? Crazy de Kelly Rowland. De quoi se motiver et de bonne humeur pour la journée ! Fun facts : 3 choses que tes collègues ne savent pas (forcément) sur toi ? Je ne pars jamais en voyage sans mon fer à repasser J’ai la phobie des pieds J’ai une collection de post-it qui reprend les plus belles perles d’Orsysiens (expressions remixées, faute de langage…).

Portraits d’ORSYSIENS – Mélissa, responsable RNCP ...


Temps de lecture : 2 minutes ORSYS présente son guide de la communication qui s’articule autour des différents aspects des métiers de la com’ notamment ceux qui résultent de l’impact du digital dans ce domaine. Guide de la communication : stratégique, digitale et événementielle ORSYS vous propose un plongeon au cœur des métiers de la com’. Si courants, voire évidents, aux yeux de tous, ce qui les composent, les structures et les compétences spécifiques qu’ils appellent restent néanmoins méconnus. Ce guide en trois volumes, rédigé en 2019 est parfaitement ancré dans les réalités de ce secteur, mais également dans l’environnement toujours plus riche et en évolution constante qu’est le monde numérique. Destiné aux professionnels des métiers de la communication et à leurs dirigeants, ce guide a pour ambition de passer en revue les principes d’une stratégie mais aussi comment identifier et bien employer les différents canaux, notamment digitaux. Enfin, le troisième volume s’attachera à ce qui fait l’intérêt de l’événementiel dans une stratégie de com’ plus globale. ORSYS s’est attaché alors à proposer une vue d’ensemble la plus claire et la plus complète possible de l’environnement de ces métiers, mais en essayant de donner des pistes de réflexion et en proposant des formations pour d’éventuels axes d’amélioration. Téléchargez nos guides Dans ce volume : – Enjeux et objectifs d’une stratégie – Élaborer un plan de com’ – Communication de crise Dans ce volume : -Définir la communication digitale -Organiser sa stratégie -Mise en œuvre de la stratégie Dans ce volume : -La communication événementielle -Organiser son événement -Communiquer sur son événement Pour aller plus loin dans chacun des aspects développés dans ces guides, ORSYS vous propose ici un large panel de formations. Dispensées par des experts, elles sont pratiques et complètes.

Le guide de la communication – ...



Kahina - Welcome To The Jungle - ORSYS 1
Temps de lecture : 2 minutes Arrivée chez ORSYS il y a près de 8 ans, Kahina, (comme Thomas et Nadia , les vedettes de nos portraits précédents) a beaucoup évolué au sein de la société tant grâce à ses qualités que par envie d’explorer de nouveaux horizons. Aujourd’hui, elle  a même changé de métier en devenant ingénieure Grands Projets. Et plus récemment a pris la responsabilité du pôle reskilling/upskilling au sein de la direction Formations Diplômantes & Reconversion ! Parcours varié pour arriver… à la gestion des projets  de reconversion professionnelle Cette Orsysienne, diplômée d’un master en marketing opérationnel et communication d’entreprise, a intégré la team ORSYS en tant qu’ingénieure d’affaires. Son expérience acquise au fur et à mesure l’a fait rapidement devenir business manager. Puis, particulièrement intéressée par le secteur d’activité dans lequel elle évolue (la formation professionnelle), elle plonge ensuite plus avant dans le pilotage de projets et le conseil en ingénierie pédagogique. C’est ainsi qu’elle intègre le service des Grands Projets en charge du développement de nouveaux services et solutions de formation. Elle y occupe le poste de chef de projets reskilling et POE. Reskilling et POE ? Ayant déjà changé de métier, Kahina le sait bien, les talents sont souvent tout près. Il faut soit les révéler,  soit les développer ! C’est ce que propose le reskilling, une méthode de recrutement accompagnée d’un parcours de formations et qui apporte : l’assurance d’avoir des collaborateurs opérationnels rapidement pour les entreprises ; une reconversion professionnelle solide et un emploi pour les candidats ; un dispositif de financement : la POEI (Préparation opérationnelle à l’emploi individuelle) qui vise à soutenir les demandeurs d’emploi dans leur démarche de reconversion et d’accès à l’emploi. Elle vous en parle dans cette vidéo réalisée par Welcome to The Jungle : Retrouvez notre page d’entreprise et notre partenariat avec Welcome To The Jungle. Changement de métier, mêmes envies ? L’expérience de Kahina le prouve, changer de métier est devenu fréquent, que ce soit au sein de la même entreprise ou dans une nouvelle. Les passerelles qui rendent la transition logique, fluide ou facile entre deux carrières ne sont, en réalité, pas souvent de l’ordre des compétences techniques. Et si celles-ci manquent, les formations y remédient. Mais, comme elle le souligne dans son interview, ce sont les mêmes leviers de motivation, pour elle par exemple : ces leviers sont le relationnel et la polyvalence d’un poste. Comme Kahina, vous désirez trouver un métier qui vous plaise ? Tentez l’aventure avec nous !  Consultez nos annonces d’emploi  ici. *Lire/relire sur notre blog : «Le reskilling, qu’est-ce que c’est ?» Découvrez les solutions reskilling d’ORSYS ici. Découvrez aussi nos vidéos sur ORSYS TV L’offre RESKILLING & UPSKILLING L’offre à destination des entreprises ICI L’offre à destination des candidats ICI

Rencontrez Kahina, Responsable Reskilling/Upskilling


Thomas - commercial - ORSYS 1
Temps de lecture : < 1 minute Comme Nadia, Thomas a intégré ORSYS en 2018. Titulaire d’un master 2 Business, il a commencé comme ingénieur d’affaires junior et puis a très rapidement évolué au sein de notre société. Quelques étapes plus tard, il occupe aujourd’hui des fonctions de manager. Une évolution rapide et encadrée Il a beaucoup  voyagé, a étudié à l’étranger… bref Thomas aime bouger ! Et dans son évolution professionnelle, c’est pareil : il veut aller vite mais bien ! C’est ce qu’il nous explique dans son interview vidéo pour WTTJ  Welcome to The Jungle, selon lui, il doit notamment cette ascension assez fulgurante au parcours de formation dédié aux commerciaux, « ORSYS Academy » (cf. article précédent),  qui lui a permis de se sentir prêt et confiant à chaque étape. Retrouvez notre page d’entreprise et notre partenariat avec Welcome To The Jungle. Accompagnement et cohésion d’équipe* Comme Thomas, la plupart des commerciaux  Orsysiens sont jeunes et aiment relever des challenges. On pourrait avoir l’impression qu’ils sont naturellement  motivés mais attention, cela ça ne suffit pas. Pour lui, l’une des clés pour maintenir cette confiance et cette envie, en plus d’un bon accompagnement, c’est la cohésion d’équipe. Une équipe idéale étant, pour lui, informelle, spontanée, soutenue par des innovations managériales, encouragée par des moments d’échanges conviviaux (team buildings divers, challenges commerciaux, concours, etc.). Gageons que Thomas, fermement convaincu du bienfait de cette approche, appliquera ses propres recettes pour le bien-être de sa propre équipe et, de fait, améliorer/booster les performances de  son pôle ! Alors si, comme Thomas, vous voulez apprendre, progresser et évoluer rapidement dans une bonne ambiance,  consultez nos annonces d’emploi  ici. *Lire/relire sur notre blog : « Favoriser la cohésion d’équipe»

Rencontrez Thomas, Key Account Manager


Dominique Acquaviva - ORSYS 2
Temps de lecture : 2 minutes Arrivé chez ORSYS il y a plus de 30 ans en tant qu’alternant, Dominique Acquaviva, directeur général adjoint de l’entreprise, dirige aujourd’hui notamment toute la force commerciale Orsysienne soit plus de 130 personnes ! Découvrez le portrait de notre directeur commercial. Ses équipes sont à son image : dynamiques, motivées et avec un grand sens de l’humain, qualités indispensables dans toute relation client et partie intégrante des valeurs de l’entreprise. Le service de Dominique est celui qui recrute le plus chez ORSYS, partout en France ou dans nos centres européens.  Il vous en dit plus dans cette vidéo réalisée en partenariat avec Welcome To The Jungle. Retrouvez notre page d’entreprise et notre partenariat avec Welcome To The Jungle. Quelles sont les missions du service commercial ? À la direction commerciale, les missions couvrent tous les pans liés au business development : développer des portefeuilles ; ouvrir de nouveaux comptes ; définir des plans d’actions ; gérer la totalité du cycle de vente, de la détection des projets à la négociation des contrats ; mais surtout maintenir la qualité et la satisfaction client via une relation client basée sur la proximité et la réactivité… Pour accompagner ses commerciaux, ORSYS a mis en place un parcours d’intégration « ORSYS Academy ». Il offre aux jeunes recrues une formation complète et très encadrée sur le secteur d’activité d’ORSYS ainsi que du coaching commercial. Ce parcours comprend : la présentation des services par les différentes directions ; la formation aux outils ; des ateliers et des webinars sur l’offre et les services animés par notre équipe pédagogique ; l’accompagnement personnalisé par un coach-consultant ; la pratique guidée au social selling… À l’image de la carrière de Dominique, ORSYS est une entreprise dynamique et au fort potentiel d’évolution, tant de ses postes que de son activité. Alors, si comme Dominique, une carrière commerciale riche et variée vous motive, n’hésitez plus et rejoignez-nous ! Toutes nos annonces d’emploi sont ici. Lire/relire son interview sur « les enjeux du métier de commercial et du management »

Rencontrez Dominique, directeur général adjoint et ...



voyage-perroquet
Temps de lecture : 4 minutes C’est au tour de Marie-Ruth, ingénieure d’affaires manager chez ORSYS, de passer devant l’objectif ! Avec son goût pour le voyage et la photographie, elle nous entraîne vers d’autres horizons… Marie-Ruth connaît bien ORSYS. Probablement mieux que vous. Mais ne le prenez pas personnellement : bien peu d’Orsysien(ne)s peuvent prétendre battre son record puisqu’elle est arrivée en 1985, soit à peine une dizaine d’années après la création de l’entreprise. Ils étaient quatre, à l’époque, me raconte-t-elle. Et elle n’était pas commerciale, mais « gestionnaire de fichiers ». Alors, en bonne voyageuse invétérée, Marie-Ruth nous emmène pour commencer dans un petit voyage dans le temps. Direction ORSYS dans les années 1980-90. #throwback ORSYS Comme elle le dit elle-même, « tout a changé avec la transformation digitale », et ORSYS ne fait évidemment pas exception à la règle. « Au début, on n’avait ni Internet, ni les postes de travail tels qu’on les connaît aujourd’hui. Alors, forcément, les conditions de travail n’étaient pas tout à fait les mêmes, et les objectifs non plus. Les clients venaient d’eux-mêmes, et nous n’avions qu’une salle de formation. Rien à voir avec le volume de formations que l’on propose aujourd’hui ! » Si ORSYS a évolué, il est tout à fait logique que ses fonctions aient évolué en même temps. Les postes de travail des débuts servaient davantage à assister dans la création de fiche et le renseignement des clients. D’ailleurs, pas d’accueil téléphonique à proprement parler : « dès que ça sonnait, tout le monde pouvait décrocher ». « De « gestionnaire de fichier », je suis devenue « ingénieure commerciale », puis « ingénieure d’affaires », « ingénieure d’affaires senior », et maintenant « ingénieure d’affaires manager ». Aujourd’hui, j’ai une équipe de « chasseurs » dans un pôle d’acquisition. » Oui, aujourd’hui, Marie-Ruth vit une nouvelle aventure en manageant une équipe d’alternants qui ont donc pour tâche « d’aider les autres commerciaux à prospecter, à développer le business et à ouvrir ou ré-ouvrir des comptes sur des sociétés de moins de 50 salariés du secteur privé en Ile-de-France » avant leur intégration dans une équipe commerciale classique. Le goût du voyage Bref, il y a toujours beaucoup à faire, mais Marie-Ruth ne s’arrête pas là pour autant. Prendre des vacances pour se reposer ? Très peu pour elle. Quand elle prend des vacances, c’est pour prendre la route avec son mari. « Mon mari et moi partageons le goût du voyage et la même façon de voyager. Alors on a toujours voyagé un peu « à la roots » : sac à dos, pataugas, carte IGN et le guide du Routard dans la poche. On a voyagé dans pas mal de pays d’Afrique, en Amérique du Nord, en Amérique centrale, en Asie… On pourrait dire qu’on a été du cercle Arctique au Cap de Bonne Espérance. (…) Mais il reste encore beaucoup à voir ! » Ceci dit, Marie-Ruth n’a pas attendu d’être mariée pour voyager. Née de parents espagnols, elle raconte de fréquents voyages en Espagne durant toute son enfance et ce, selon ses dires, dans les conditions de l’époque : « c’est-à-dire que c’était un peu l’aventure ! (rires) ». Marquée par le goût du voyage, elle met alors très tôt […]

Portraits d’Orsysiens – Marie-Ruth, commerciale, baroudeuse ...


interview-catalogue-management-metiers
Temps de lecture : 4 minutes Avec la rentrée, ORSYS sort ses nouveaux catalogues avec plus de 2000 formations. Julien Courbe*, responsable de l’offre management, développement personnel et compétences métiers, nous présente les tendances et nouveautés de celui sur lequel lui et son équipe ont travaillé… Quelle est ta fonction chez ORSYS ? Je suis responsable de l’offre de formation ORSYS sur les thématiques hors technologies numériques, c’est-à-dire management, développement personnel et compétences métiers (communication, marketing, gestion, ressources humaines, formation, banque, assurances, industrie, etc.). On vise à couvrir l’intégralité des besoins des entreprises en matière de formation. Je pilote une équipe de cinq ingénieurs pédagogiques, qui ont chacun leurs champs de compétences et leurs spécialités pour créer des programmes de formation en lien avec les formateurs. Mon rôle est de coordonner ces actions, de faire en sorte qu’il y ait de la cohérence dans notre offre de formations, qu’elle soit à jour et au fait des dernières avancées techniques, technologiques et méthodologiques. Tu étais donc très impliqué dans l’élaboration du catalogue… Oui, et c’est toujours un moment très important de la vie d’ORSYS. Auparavant, le catalogue rythmait littéralement la vie d’ORSYS parce qu’on publiait un catalogue par an avec toutes les nouveautés. Depuis deux ans, on a changé d’approche : on est dans une démarche d’amélioration continue. On publie donc nos nouveautés au fil de l’eau. À peu près tous les deux mois, de nouvelles formations apparaissent sur notre site web et le catalogue est devenu une « photographie », un instant T de l’offre ORSYS qui est toujours en évolution. Le catalogue synthétise en quelque sorte ce qui se fait de mieux. On choisit les formations les plus pertinentes et les plus représentatives de notre offre, avec à la fois les « Best » (les formations qui se vendent le mieux), des formations qui nous paraissent essentielles pour aller plus loin dans l’acquisition de compétences et de connaissances, et puis les nouveautés. L’objectif du catalogue est donc de servir de référence, ou d’extension au site web ? Voilà. Pour des raisons pratiques, le catalogue Management fait un peu moins de 600 pages… On a un peu plus de mille formations disponibles, et on ne peut donc pas toutes les mettre in extenso dans le catalogue. L’intégralité de notre offre de formation est sur le web, le catalogue en est la vitrine. Quelles nouveautés pour le catalogue 2019 ? Dans l’ensemble, on a mieux ciblé l’offre et réparti de façon plus cohérente, pour améliorer la visibilité du catalogue. Par exemple, jusqu’à présent, on regroupait des cours sous « Management et Management avancé », et la différence était parfois ténue entre certains d’entre eux. Cette année, on a tout regroupé dans un seul domaine, « Management et Leadership », en segmentant davantage le contenu. De même, on a non pas supprimé mais allégé les cours sur les anciennes versions du Pack Office, par exemple. Renforcer notre offre sur les dernières évolutions, et puis passer à tout ce qui est offre Cloud, c’est-à-dire Office 365 et les dernières mises à jour du Pack Office. Et quelles sont les nouveautés en […]

Interview : découvrez notre catalogue Management ...


interview-catalogue-technologies-numeriques
Temps de lecture : 4 minutes ORSYS évolue, et son offre avec ! Dans cette interview, Jean-Emmanuel Roux*, responsable de l’offre de formation en technologies numériques, nous dévoile les évolutions et les nouveautés de notre nouveau catalogue de la rentrée 2019… Quelle est ta fonction chez ORSYS ? Je suis responsable du développement de l’offre de formation en technologies numériques. J’encadre à ce titre  une équipe de sept ingénieurs pédagogiques qui œuvrent au quotidien à l’amélioration continue de notre offre afin qu’elle corresponde au mieux aux attentes de nos clients. Comment évolue le catalogue ORSYS ? Les produits évoluent dans le temps. De nouveaux langages, de nouveaux concepts, de nouvelles méthodologies apparaissent et disparaissent, des logiciels changent de version… il nous faut donc être à l’affût de l’actualité pour maintenir cette offre à niveau. Le processus d’amélioration continue que nous avons mis en place nous permet de suivre ces évolutions et de proposer toutes les six semaines de nouveaux cours. Ce processus ne saurait fonctionner sans être attentifs aux retours que font nos participants en formation, aux remontées terrain de nos intervenants experts,  aux retours de nos commerciaux ainsi qu’à l’activité de veille menée par nos ingénieurs pédagogiques. Que peut-on trouver dans ce catalogue ? L’informatique embrasse un très grand nombre de domaines (Réseaux, Sécurité, Intelligence artificielle, Développement logiciel, Base de données…). Notre catalogue se structure autour de ces grands domaines en proposant  une liste très complète de cours abordant de manière très opérationnelle ces thématiques. Pour une meilleure visibilité de notre offre, nous avons restructuré notre catalogue en mettant en avant trois nouveaux domaines : management de projet, MOA et Business analysis, et test et qualité des applications. La structure de notre catalogue s’adapte donc aux évolutions du secteur informatique. Nous retrouvons dans ce catalogue, sur plus de 500 pages, un bon millier de cours répartis en séminaires, cours de synthèse et stages pratiques : Les séminaires permettent de faire le point sur les récentes avancées technologiques et les approches les plus novatrices Les cours de synthèse présentent des sujets précis dans une optique opérationnelle Les stages pratiques sont conçus pour acquérir de nouvelles compétences techniques Seuls les deux-tiers de notre offre se retrouvent dans notre catalogue, le tiers restant étant consultable sur notre site Web. Quelles sont les nouveautés du catalogue ORSYS 2019/2020 ? Nous avons conçu une centaine de nouveaux cours,  en avons retiré tout autant, et une trentaine  ont été refondus afin de suivre les évolutions technologiques et les demandes de nos clients. Ce catalogue se caractérise par un renforcement de notre offre autour des grandes thématiques : Big data, data mining, text mining  et machine learning Intelligence artificielle, chatbot et robotique Cybersécurité, hacking et pentest, ethical hacking Parmi les grandes nouveautés, citons ITIL® 4 pour la gestion de services informatiques. ITIL® n’avait pas évolué depuis 2011. L’année 2019 traduit son évolution vers les domaines de l’agilité, du DevOps et du Lean. Une évolution indispensable pour vraiment s’adapter aux nouveautés des services informatiques.  Nous renforçons également notre offre de certifications internationales composée de plus de 200 certifications […]

Interview : découvrez notre catalogue Technologies ...



theatre 3c
Temps de lecture : 5 minutes Pour ce nouveau portrait d’Orsysien(ne !), nous partons cette fois à la rencontre d’Angélique du service DAF (Direction Administrative et Financière). Elle nous parle de son travail et de théâtre, mais pas que… Au tout premier abord, on pourrait penser qu’elle est timide. Mais le gentil sourire et le ton de voix discret sont là pour rassurer la personne qui la rencontre pour la première fois : Angélique, elle, est parfaitement à l’aise. C’est juste qu’elle sait vous mettre à l’aise aussi. « J’ai le contact facile », explique-t-elle en riant. « Le théâtre, ça aide. » Une aisance, doublée d’un sens aigu du réseautage, qui lui ont permis de dégotter des petits boulots dans des secteurs variés pendant ses études. « À dix-huit ans, j’ai fait une licence Arts du Spectacle (spécialité cinéma et théâtre) à l’Université Paris X de Nanterre. J’ai fait de la mise en scène, du jeu d’acteur, de la scénographie… J’ai touché aussi un peu à la régie plateau et lumière et à l’organisation d’événements. (…) Toute la journée, je côtoyais la scène et le milieu du spectacle, et en parallèle, pour avoir un CV plus « classique », j’ai fait plein de petits boulots. J’ai travaillé à Closer, en tant qu’hôtesse d’accueil à Florence Doré, comme assistante véto, dans un cabinet d’avocate… » Et là, normalement, vous vous demandez comment elle a atterri chez ORSYS (et si elle fait encore du théâtre). UN PARCOURS « UN PEU IMPROBABLE » « Improbable » – elle emprunte elle-même ce mot pour décrire son parcours professionnel. Ce qui ne veut pas dire pour autant qu’il manque de cohérence : « J’étais du coup plutôt destinée à l’intermittence. Mais je voulais une situation stable, avec un revenu stable tous les mois, ce qui était incompatible avec les arts de la scène… Alors j’ai commencé à travailler dans une école artistique (…). J’étais dans l’administration, à la fois comme commerciale chargée de formation et comme chargée de relation entreprises, et tenais également l’accueil en parallèle. Le lien était clair ! Vu que j’avais fait des études en lien avec ce milieu, j’arrivais à transmettre ma passion [aux étudiant.e.s que je démarchais] et à vendre beaucoup mieux. » Après plus d’un an dans cette école, Angélique décide de partir avec pour projet de réussir à mieux concilier son travail et sa passion, le théâtre, en trouvant notamment le temps de remonter sur les planches. Elle cherche d’abord dans le milieu artistique puis, forte de sa première expérience, dans celui de la formation. La suite, vous la connaissez un peu… CHEZ ORSYS Elle arrive chez ORSYS en 2018, s’y plaît et ce, pour plusieurs raisons. La première : les horaires et le salaire fixes, qui lui permettent en parallèle de « combler le manque » du milieu artistique. Ensuite, parce que la polyvalence de son poste comble aussi sa curiosité naturelle, même s’il n’a rien à voir avec les arts du spectacle. « Je suis à la facturation des formations intra. Ça comprend la création des inscriptions et la préparation à la facturation, qui consiste à rassembler les documents qui vont nous être […]

PORTRAIT D’ORSYSIEN : Angélique, comédienne passionnée ...


TOSA - certification - ORSYS
Temps de lecture : < 1 minute Dans son rôle d’expert de la formation professionnelle, ORSYS a conçu une infographie sur la certification TOSA®. Le TOSA® : comment ça marche ? Qu’est-ce que le TOSA® ? Pour vous aider à y voir plus clair et tout comprendre du TOSA®, retrouvez notre infographie récapitulative. Saviez-vous qu’il existait deux types de tests ? Que cette certification en bureautique est éligible au CPF ? Et connaissez-vous les modalités pour la passer ? La rédaction ORSYS répond à toutes ces questions ! Téléchargez notre infographie Pour aller plus loin : Les formations éligibles au CPF chez ORSYS Les formations en bureautique chez ORSYS La certification TOSA®

La certification TOSA®


Caroline - ORSYS - culture geek
Temps de lecture : 5 minutes Lorsque Caroline a répondu à notre appel à participer aux « Portraits d’Orsysiens » en parlant des Jeux de Sophia et de sa collection de figurines, elle ne pensait manifestement pas que je l’inviterais à m’en dire plus. Elle a pourtant beaucoup de choses à dire, qui devraient trouver un écho chez les passionné.e.s comme elle (et peut-être en inspirer d’autres). Et puis… Il était temps de sortir un peu de Paris, non ? CHEZ ORSYS – SOPHIA ANTIPOLIS Car, oui, Caroline est une Orsysienne de Sophia Antipolis. Elle a commencé en tant qu’ingénieure commerciale sédentaire en 2016, avant de passer ensuite ingénieure d’affaires en 2018. Un nouveau poste qui lui demande entre autres de partir à la rencontre des clients sur le terrain – et qui, de fait, s’accorde peut-être mieux avec sa personnalité ouverte et sociable. « En tant qu’ingénieure d’affaires, je m’occupe d’un portefeuille de clients dans les Alpes-Maritimes. (…) Mon travail au quotidien, c’est, dans un premier temps, d’accompagner les clients ORSYS dans le choix des formations pour leurs salarié.e.s, pour leurs évolutions de poste ou pour des missions qu’ils pourraient avoir. Et dans un deuxième temps, je m’occupe de tout ce qui est développement : trouver de nouvelles sociétés qui voudraient travailler avec nous, déterminer comment les accompagner au mieux… » Un quotidien bien rempli, donc, pour les trois ingénieures d’affaires du centre ORSYS de Sophia Antipolis. Relation client, prospection, rendez-vous client… Mais qui dit petite équipe, dit aussi polyvalence. « On gère aussi, du coup, la partie « sur centre », la partie logistique. C’est nous qui nous occupons de monter les salles, d’accueillir les clients le matin, de répondre à leurs questions dans la journée s’ils en ont… Il y a beaucoup à faire, mais c’est aussi ce qui est intéressant : la diversité de nos missions. On a la possibilité de faire un accompagnement de A à Z. On apprend à connaître nos clients, on trouve le programme adapté et après, on les accueille… Bref, on gère vraiment le cycle complet. » ARRIVÉE EN TERRES GEEK Mais si ses journées sont bien remplies, ses soirées ne le sont pas moins. Son idée d’une soirée calme en ce moment ? Jouer à Apex Legends sur la console. Un jeu de survie, certes, mais moins stressant que ses acolytes de jeu lorsqu’ils prennent une partie très à cœur. C’est que Caroline a toujours aimé les jeux, vidéo ou non. « Je suis tombée dedans quand j’étais petite », m’explique-t-elle. D’ailleurs, son appartement est à son image. En effet, attirée par l’univers « geek » en général, et plus particulièrement celui de Star Wars depuis qu’elle a redécouvert les films de son enfance, elle aime courir les figurines et les objets tout droit sortis de la pop culture pour parfaire sa décoration. « Sur les murs, il y a les tableaux – pas des posters, hein, c’est propre ! (rires) –, et sur les meubles, ce sont les Funko Pops. (…) Mais bon, c’est un budget, aussi. Et puis, plutôt qu’une collection, c’est l’aspect déco qui m’intéresse. » Parce que si […]

PORTRAIT D’ORSYSIEN : Caroline, ingénieure d’affaires ...



Temps de lecture : < 1 minute Le  nouveau code de la commande publique, c’est maintenant ! Retrouvez les points essentiels de cette réforme, expliqués par notre expert, dans cette nouvelle vidéo. Le 9 décembre 2018 sera publié le nouveau code de la commande publique, conformément à l’article 38 de la loi Sapin 2 de 2016. Pourquoi un nouveau code, et qu’implique-t-il exactement ? Hamid Melia, notre expert en questions juridiques, vous dresse dans cette nouvelle vidéo un portrait à la fois synthétique et complet de la réforme. Découvrez la vidéo : Nos formations associées : Se positionner et remporter des appels d’offres publics, 2 jours (Réf. BLI) Marchés publics : organiser chaque étape de sa consultation, 2 jours (Réf. DON) *Hamid MELIAResponsable juridique et formateur indépendant en droit/droit publicSon parcours lui permet de concilier la vision des structures institutionnelles avec celles des entreprises. En effet, après dix années passées au sein d’un cabinet d’avocats puis deux années dans une collectivité territoriale, il capitalise l’ensemble des problématiques traitées auprès des chefs d’entreprise et décide de créer son cabinet de conseil. Plusieurs dirigeants d’entreprises ont ainsi fait appel à ses compétences et à sa plus-value en termes de conseil. En parallèle, il est également responsable juridique au sein d’une société d’expertise comptable.

Avis d’expert – Commande publique : ...


Temps de lecture : 4 minutes Digital, développement personnel, finance… Quelles ont été les formations les plus recherchées par les entreprises en 2018 ? Julien Courbe*, responsable de l’offre management, développement personnel et compétences métiers chez ORSYS, nous dresse un tableau des tendances 2018… Le digital Chez ORSYS, notre cœur de métier s’est construit autour des technologies de pointe informatiques et numériques. Aujourd’hui, même si nous sommes devenus multispécialistes, toute l’offre s’est étoffée autour du digital qui a considérablement fait évoluer ces domaines, à la fois dans leur développement technique et dans leurs usages. Nous avons ainsi adapté naturellement nos formations pour accompagner la transformation digitale de nos clients. Citons notamment le marketing digital avec des modules comme « Maîtriser le cross canal », la relation client à distance, sur les réseaux sociaux… Et on va de plus en plus loin sur l’utilisation des outils digitaux avec des formations en matière de marketing automation, marketing programmatique (automatiser les campagnes e-mailing), des cours de niveau II en Webmarketing, community management, Facebook « avancé » pour une utilisation professionnelle du réseau social, etc. Le développement personnel et le management Ce que nous avons constaté, et qui a marqué notre évolution, c’est la place de plus en plus importante de l’humain, du relationnel et du comportemental dans les besoins de formation. Afin d’être encore plus pertinents dans nos programmes, nous travaillons avec des partenaires experts en leurs domaines et nous leur apportons notre expertise en ingénierie de formation. Notre offre management et développement personnel compte d’ailleurs aujourd’hui près de 1 000 formations sur les 2 000 disponibles sur notre catalogue. En matière de management, nos « Best », qui bénéficient à tout le monde, tant dans le cadre d’une prise de poste que comme piqûre de rappel pour les plus aguerris, sont toujours d’actualité. Ils sont à la base de ce qu’il est nécessaire de connaître pour exercer son métier, être manager. Les formations « Animer son équipe », « Animer une réunion », « Valoriser ses collaborateurs »… ont toujours leurs inconditionnels. Des formations diplômantes qui s’adressent à de futurs managers commerciaux, gestionnaires RH, managers de projets et responsables de centres de profit étoffent notre catalogue cette année. À noter : notre cycle certifiant « Prise de fonction du manager » conserve une place de choix auprès des entreprises. En matière de développement personnel, les formations les plus prisées concernent notamment l’efficacité professionnelle, la gestion du stress, la conduite du changement. Les outils Troisième tendance, s’il en est : les formations « pratico-pratiques », plus orientées « outils ». Il s’agit là d’appréhender en peu de temps une méthode pour progresser rapidement,tant en matière de communication personnelle que de management de projet… Ou même de connaître l’essentiel d’une législation. Ainsi, les outils aidant à mieux maîtriser sa communication, son relationnel connaissent un beau succès. Citons par exemple, « Process Com® », « MBTI®, mieux se comprendre et mieux comprendre les autres », « Arc-en-Ciel Disc®, révéler le manager qui est en soi », « HBDI®, gagner en efficacité relationnelle »… […]

Focus sur les formations qui ont ...


Temps de lecture : < 1 minute Marque employeur, définition et stratégies 6ème épisode de nos « chroniques ORSYS – Le digital ». Qu’est-ce que la marque employeur ? Comment la valoriser de manière à développer l’attractivité d’une entreprise ? Difficile de savoir par où commencer… C’est pourquoi, dans cette nouvelle vidéo, notre expert e-réputation et réseaux sociaux *Frédéric Foschiani aborde dans le détail cette notion incontournable qu’est devenue la marque employeur. L’objectif : la développer votre et améliorer ainsi le processus de recrutement comme le niveau d’engagement de vos collaborateurs. Donc, au sommaire de cette vidéo : Définition Quelques conseils Approche externe Approche interne Qui est concerné ? Alors pour voir la vidéo, cliquez ici :   *Frédéric Foschiani Il a commencé sa carrière chez American Express Cartes France en tant que Manager Opérations et projets… Puis, comme Directeur Internet chez General Electric – GE Money BankFrance. Après avoir occupé plusieurs postes de management, il a rejoint une société d’assurances en tant que directeur des opérations digitales. En 2010, il fonde QSN-DigiTal, spécialiste de la valorisation de l’e-réputation, de la stratégie de positionnement sur les réseaux sociaux et du Community Management. Aujourd’hui, il intervient régulièrement en tant qu’expert Réseaux Sociaux sur les plateaux de télévision (LCI, BFMTV…). Pour aller plus loin sur la marque employeur, nos formations associées : ■ Employee Advocacy : transformer ses collaborateurs en ambassadeurs, 2 jours (Réf. DVO) ■ Mettre en place une communication interne RH efficace, 2 jours (Réf. CRH) ■ Personal Branding : booster et protéger son identité numérique, 1 jour (Réf. PNU) *Formation éligible aux actions collectives FAFIEC sur critères de prise en charge (réf. Fafiec 27842 )  …

LES CHRONIQUES DU DIGITAL – épisode ...



Temps de lecture : 2 minutes   Le télétravail séduit de plus en plus les entreprises et les salariés. Dans cette nouvelle vidéo, Nathalie OLIVIER* aborde avec vous les meilleures manières de mettre en place un télétravail temporaire, quand c’est possible. Épisode 6 :  Si le télétravail n’est pas encore très répandu en France, il aspire à devenir une norme. Occasionnel, ou même exceptionnel, il représente un atout pour le salarié – et donc une plus forte attractivité pour l’entreprise qui sait se rendre flexible. Dans ce 6ème épisode de nos Chroniques RH, notre experte vous donne toutes les clés pour mettre en place une politique de travail à distance qui avantagera à la fois l’entreprise et le salarié. Au sommaire de cette vidéo : Pourquoi favoriser le télétravail temporaire ? Comment le mettre en place ? Étude de cas Conclusion Alors, pour en savoir plus, cliquez ici : *Nathalie Olivier Depuis 2004, elle est consultante et formatrice RH indépendante. Ses domaines de compétence sont le conseil, la formation en droit social, le recrutement, la gestion de personnel, la GPEC, la mise en conformité, la charte Internet… Elle est titulaire d’une maîtrise Ressources Humaines à l’I.G.S. et auteure, entre autres, d’un guide sur les obligations légales des employeurs dans les PME paru chez Dunod, du Kit RH pour PME, « Je veux être heureux au travail » et les guides « Super recruteur » et « Super candidat » édités chez Eyrolles. Et en 2016 :   Pour vous, nos formations associées : ■ Réussir son passage au télétravail, 1 jour (Réf. TRL) ■ Mettre en place avec succès le télétravail dans son entreprise, 2 jours (Réf. TET) ■ E-learning, le travail flexible, 8 heures (Réf. 4UW) ■ DRH, intégrer les nouveaux enjeux de sa fonction, 3 jours (Réf. DRH) ■ L’essentiel de la gestion RH, 2 jours (Réf. LRH) ■ Maîtriser les démarches et outils d’orientation professionnelle, 2 jours (Réf. BVD) ■ Accompagner avec efficacité les candidats à la VAE, 2 jours (Réf. AAE) …  

CHRONIQUES RH 6 : Télétravail temporaire, ...


Temps de lecture : < 1 minute Comment déployer une stratégie d’employee advocacy ? 5ème épisode de nos « chroniques ORSYS – Le digital ». Avez-vous déjà entendu parler de l’employee advocacy ? Cette stratégie digitale consiste à créer de l’engagement en incitant ses salariés à parler de l’entreprise sur les réseaux. Autrement dit, en faisant d’eux des ambassadeurs de la marque ! Mais comment en déployer une stratégie qui porte ses fruits ? Dans cette nouvelle vidéo, notre expert Frédéric Foschiani* vous présente les avantages et les risques de cette technique… Jusqu’aux meilleurs moyens de l’adopter. Donc, au sommaire de cette vidéo : Définition et enjeux Les risques Les étapes Organisation et suivi des résultats Alors, pour voir la vidéo de l’employee advocacy, cliquez ici : *Frédéric Foschiani Il a commencé sa carrière chez American Express Cartes France en tant que Manager Opérations et projets… Puis, comme Directeur Internet chez General Electric – GE Money BankFrance. Après avoir occupé plusieurs postes de management, il a rejoint une société d’assurances en tant que directeur des opérations digitales. En 2010, il fonde QSN-DigiTal, spécialiste de la valorisation de l’e-réputation, de la marque employeur, de la stratégie de positionnement sur les réseaux sociaux et du Community Management. Aujourd’hui, il intervient régulièrement en tant qu’expert Réseaux Sociaux sur les plateaux de télévision (LCI, BFMTV…). Pour aller plus loin, nos formations associées : Employee Advocacy : transformer ses collaborateurs en ambassadeurs, 2 jours (Réf. DVO) Réseaux sociaux, organiser le Community Management, 3 jours (Réf. CMA) Réseaux sociaux et Community Management, perfectionnement, 2 jours (Réf. CMW) *Formation éligible aux actions collectives FAFIEC sur critères de prise en charge (réf. Fafiec 27842 )  …

LES CHRONIQUES DU DIGITAL – épisode ...


Temps de lecture : < 1 minute Comment gérer une communauté sur le Web ? Quatrième épisode de nos « chroniques ORSYS – Le digital ». Votre entreprise est présente sur plusieurs réseaux sociaux… Mais savez-vous comment optimiser leur utilisation au maximum ? Dans cette 4ème vidéo de nos chroniques du digital, notre expert vous donne les clés du Community Management pour atteindre votre audience de façon efficace. Au sommaire de cette nouvelle vidéo : Définition et enjeux Comment créer une communauté ? Difficultés ou risques Risques externes Risques internes Alors pour voir la vidéo, cliquez ici : Frédéric Foschiani Il a commencé sa carrière chez American Express Cartes France en tant que Manager Opérations et projets puis il l’a poursuivie comme Directeur Internet chez General Electric – GE Money BankFrance. Après avoir occupé plusieurs postes de management, il a rejoint une société d’assurances en tant que directeur des opérations digitales. En 2010, il fonde QSN-DigiTal, spécialiste de la valorisation de l’e-réputation, de la marque employeur, de la stratégie de positionnement sur les réseaux sociaux et du Community Management. Il intervient régulièrement en tant qu’expert Réseaux Sociaux sur les plateaux de télévision (LCI, BFMTV…). Pour aller plus loin, nos formations associées : Animer sa communauté sur les réseaux sociaux, 2 jours (Réf. CMH) * Réseaux sociaux, organiser le Community Management, 3 jours (Réf. CMA) Réseaux sociaux et Community Management, perfectionnement, 2 jours (Réf. CMW) *Formation éligible aux actions collectives FAFIEC sur critères de prise en charge (réf. Fafiec 27842 )  …

LES CHRONIQUES DU DIGITAL – épisode ...



1
Temps de lecture : 2 minutes Avez-vous appris à faire du vélo en lisant un livre qui vous explique comment y parvenir ? C’est en répondant à cette question que l’on comprend l’utilité de la formation expérientielle. Le besoin de s’entraîner pour tirer le meilleur parti des enseignements est mis en valeur dans ces méthodes dont l’apprenant est le principal protagoniste. L’action comme moteur pédagogique Dans l’approche expérientielle, l’expérimentation précède la réflexion et non l’inverse. Clarisse Gilbert, ingénieure pédagogique en charge de l’innovation à ORSYS, explique alors : « Avec l’expérientiel, si l’on voulait résumer, les apprenants commencent à l’envers d’une formation dite “classique”. Ils débutent donc par les retours d’expérience. Pour en tirer l’essentiel, le conceptualiser et en faire une grille de lecture pratique. Ainsi, par le biais d’exercices et d’études de cas scénarisées, ils expérimentent en temps réel des comportements et des méthodologies. Ensuite seulement, après conceptualisation, ils pourront réfléchir à la transposition à d’autres réalités professionnelles ou à d’autres projets. » Par ailleurs, une pratique que connaît bien ORSYS. Pour ce type de pédagogie, le groupe de formation s’appuie par exemple sur le cycle de Kolb qui comporte quatre phases : dans la phase d’expérience concrète, l’apprenant applique ses connaissances et son savoir-faire ; la phase de réflexion qui suit aide l’apprenant à analyser et identifier les points saillants en prenant du recul sur son expérience ; la phase de raisonnement lui permet de conceptualiser cette réflexion ; la dernière phase est une mise en pratique pour transférer les apprentissages sur une nouvelle expérience. Ancrage, réflexion et transposition !  Ces formations expérientielles s’appuient d’abord sur le vécu de chacun. « Cela présente plusieurs avantages, souligne Clarisse Gilbert. L’ancrage des apprentissages est facilité, la réflexion favorisée, et la capacité de transposition à d’autres situations développée. » Ainsi, si l’apprenant est actif, construisant sa réflexion, la dynamique de groupe enrichit les apports. Une méthode imparable pour accélérer la consolidation des acquis, et dont les effets immédiats ne sont, en outre, pas sans attraits pour les entreprises. Clarisse Gilbert le confirme : « Dans un souci d’optimisation des coûts et du temps de formation, ces méthodes rapides et Agiles aux effets immédiats séduisent les entreprises. » Et si ce type de pédagogie était initialement centrée sur des sujets techniques comme l’informatique, elle répond aujourd’hui à tous types de besoins professionnels : tant dans la culture marketing pour trouver un concept produit, que sur des métiers transverses tels les Ressources Humaines, le commercial, les achats. Clarisse Gilbert explique donc : « Le cours « Le Lean et l’Agilité au service du leadership managérial » s’adresse par exemple aux managers et leur permet de développer leur posture à partir des outils du lean et de l’Agilité. On y retrouve des Serious Games, des ateliers d’expérimentation, des exercices de rétrospectives et des modélisations de bonnes pratiques. Pour les managers d’équipes commerciales. Le cours « Animer et motiver ses équipes commerciales » propose, lui, des entraînements à l’écoute active, à la conduite d’entretiens et à la résolution de conflits par le biais d’ateliers ludiques, d’exercices, d’échanges collectifs. Les participants construisent leurs outils et leurs grilles d’évaluation qu’ils […]

Expérimentons et apprenons !


1
Temps de lecture : < 1 minute Pourquoi vous devez gérer votre empreinte numérique ? Troisième épisode de nos « chroniques ORSYS – Le digital ». Empreinte numérique : avez-vous connaissance des traces numériques qui vous concernent ? Et en quoi est ce important ? Dans cette 3ème vidéo, notre consultant expert en communication digitale, Frédéric Foschiani*, vous explique ce qu’est votre identité numérique. Et quels sont les bons réflexes à avoir pour vous protéger. Concrètement, Frédéric vous donnera : Des définitions De bonnes pratiques Des points de vigilance Des infos essentielles… Alors, pour en savoir plus, cliquez ici :   *Frédéric Foschiani Il a commencé sa carrière chez American Express Cartes France en tant que Manager Opérations et projets puis il l’a poursuivie comme Directeur Internet chez General Electric – GE Money BankFrance. Après avoir occupé plusieurs postes de management, il a rejoint une société d’assurances en tant que directeur des opérations digitales. En 2010, il fonde QSN-DigiTal, spécialiste de la valorisation de l’e-réputation, de la marque employeur, de la stratégie de positionnement sur les réseaux sociaux et du Community Management. Il intervient régulièrement en tant qu’expert Réseaux Sociaux sur les plateaux de télévision (LCI, BFMTV…). En complément, lire aussi, notre article sur le sujet : ici Pour aller plus loin, nos formations associées : ■ E-réputation : surveiller et améliorer l’image de son entreprise, 2 jours (Réf. ERE) ■ Gérer sa visibilité et sa réputation numérique, 2 jours (Réf. CMR) ■ Personal Branding : booster et protéger son identité numérique, 1 jour (Réf. PNU) …    

LES CHRONIQUES DU DIGITAL – épisode ...


1
Temps de lecture : 2 minutes RH et entretien pro, le bilan des 6 ans, c’est demain ! En 2017, vous avez été très nombreux à suivre nos chroniques RH présentées par Nathalie OLIVIER*. Cette année, nous vous proposons de nouveaux sujets en format vidéo. Aujourd’hui, le tout premier épisode 2018 traite de l’entretien professionnel. Dans cette vidéo, Nathalie nous invite à la vigilance quant aux échéances liées à la réforme de la formation professionnelle. Ici, elle fait un focus sur l’entretien professionnel. Nous en rappelle les modalités. Présente les bénéfices. Et enfin, décrit une étude de cas… De quoi parle t-on ? Pourquoi ? Comment ? Une histoire Et vous  ? Alors, RH, pour en savoir plus, cliquez ici : *Nathalie Olivier Depuis 2004, elle est consultante et formatrice RH indépendante. Ses domaines de compétence sont le conseil, la formation en droit social, le recrutement, la gestion de personnel, la GPEC, la mise en conformité, la charte Internet… Elle est titulaire d’une maîtrise Ressources Humaines à l’I.G.S. et auteure, entre autres, d’un guide sur les obligations légales des employeurs dans les PME paru chez Dunod, du Kit RH pour PME, « Je veux être heureux au travail » et les guides « Super recruteur » et « Super candidat » édités chez Eyrolles. Et en 2016 : Nos formations associées : Conduire avec efficacité les principaux entretiens RH, 2 jours (Réf. RIH) Conduire les entretiens professionnels, 2 jours (Réf. EPR) Construire un référentiel de compétences, 2 jours (Réf. CRF) Mettre en place et piloter avec succès votre GPEC, 2 jours (Réf. GCA) GPEC 3.0 : un outil concret au service de la transformation digitale, 1 jour (Réf. RHN) Repérer et développer les talents et potentiels, 2 jours (Réf. HAP) …

LES CHRONIQUES RH – épisode 1



Temps de lecture : 2 minutes Et si on faisait un Facebook Live ?   Deuxième épisode de nos « chroniques ORSYS – Le digital ». Dans cette vidéo, notre consultant expert en communication digitale, Frédéric Foschiani*, nous parle de nouveau de Facebook, toujours autant d’actualité, mais sous l’angle de l’intérêt du média VIDEO et plus, particulièrement du LIVE. Alors, Frédéric vous explique : Pourquoi faire du Live ? Comment filmer les Lives ? Les aspects logistiques, matériels… Quel budget cela représente-t-il ? Les bons conseils… Alors, pour en savoir plus, cliquez ici :   *Frédéric Foschiani Il a commencé sa carrière chez American Express Cartes France en tant que Manager Opérations et projets puis il l’a poursuivie comme Directeur Internet chez General Electric – GE Money BankFrance. Après avoir occupé plusieurs postes de management, il a rejoint une société d’assurances en tant que directeur des opérations digitales. En 2010, il fonde QSN-DigiTal, spécialiste de la valorisation de l’e-réputation, de la marque employeur, de la stratégie de positionnement sur les réseaux sociaux et du Community Management. Il intervient régulièrement en tant qu’expert Réseaux Sociaux sur les plateaux de télévision (LCI, BFMTV…).   Nos formations associées : Communiquer avec Twitter et Facebook (Réf. TWF ) Outils du digital : améliorer l’impact de sa communication, 2 jours (Réf. ODQ) Communiquer avec Facebook, utilisation avancée (Réf. FBP )  Réaliser et diffuser une vidéo live avec son Smartphone (Réf. RVL ) Réaliser des vidéos pour le Web (Réf. VWI )  Réaliser une vidéo avec un Smartphone sous Android (Réf. VAN ) Lancer une chaîne YouTube (Réf. CYT )  Réaliser une vidéo avec un iPhone ou un iPad (Réf. IPP ) Maîtriser la chaîne de production vidéo sur Internet (Réf. MVI ) …    

LES CHRONIQUES DU DIGITAL – épisode ...


2
Temps de lecture : < 1 minute Dans cette vidéo, Isabelle OGGERO*, formatrice en management et développement personnel, vous parle de la Process Com®. Elle vous en rappelle l’histoire. Puis, vous décrit ses atouts. Et enfin, vous explique comment se déroulent les formations qu’elle anime pour ORSYS sur ce sujet. La Process Com® s’adresse à tout le monde. Toutefois, ici, Isabelle a choisi de l’orienter tout particulièrement vers les managers. Pourquoi ? Parce que du fait de leur fonction, ils peuvent énormément bénéficier de cette approche. Et donc, par ricochet, leurs équipes ! Bon visionnage à vous ! Cliquez sur l’image pour visionner la vidéo Alors, vous voulez vous former à la Process Com® ? Process com®, initiation (Réf. PCE )  Process com®, perfectionnement (Réf. PCA ) Process com®, certification en communication interpersonnelle process com (Réf. CCI )  *Isabelle OGGERO De double formation école de commerce (ESCP-EAP) et littéraire (DEA de science du langage et maîtrise d’anglais), elle est formatrice certifiée PROCESS COMMUNICATION MODEL® et anime depuis de nombreuses années des sessions de formation destinées à un public de managers. Préalablement responsable de département dans une société de services, elle a pratiqué le management multiculturel à la fois hiérarchique et transversal. En parallèle, les programmes qu’elle a enseignés au CELSA, à l’université Paris 7 Jussieu et à la Sorbonne Nouvelle Censier lui ont permis d’entretenir et de dispenser un savoir de qualité. Sa préoccupation depuis toujours : donner les moyens aux managers d’enrichir leurs compétences individuelles pour renforcer leur crédibilité dans des postes à responsabilité.

La Process Communication®, un outil d’actualité ...


4
Temps de lecture : 3 minutes “Prêts pour une DRH bienveillante ?” Par notre expert RH Nathalie Olivier* De quoi parle-t-on ? Promouvoir un passeport formation adapté à l’entreprise Issu de la réforme sur la formation professionnelle de 2003, le passeport formation est un document récapitulatif des connaissances, compétences et aptitudes professionnelles d’un salarié, qui possède de nombreux atouts, notamment de permettre à chacun de faire un point sur ses diverses compétences. Alors, il n’est pas obligatoire mais il est vivement conseillé. Proposé par l’entreprise, le salarié en est le propriétaire et il est responsable de son utilisation. C’est un document personnel que chacun peut remplir tout au long de sa vie professionnelle.

LES CHRONIQUES RH ORSYS – n°4 ...



2
Temps de lecture : 3 minutes Le LiFi (Light Fidelity) est une technologie de communication sans fil via la lumière. Traversé par un courant électrique, un éclairage Led génère un scintillement très rapide, une suite de 0 et de 1, soit le langage informatique. Des fréquences invisibles par l’œil humain mais qui permettent de transmettre de l’information. Un ordinateur ou un Smartphone peut ainsi se connecter à Internet en étant simplement placé dans le champ d’éclairage. La réception se fait à l’aide d’une clé USB ou via la caméra du Smartphone. Standardisé en 2011, le LiFi connait depuis quelques mois d’importantes évolutions. Désormais les débits sont très importants. Il n’est plus nécessaire d’avoir des lampes dédiées. Plusieurs utilisateurs peuvent surfer sur Internet sous une même lampe, les solutions deviennent compatibles PEO (Power Over Internet)… Sécurisation plus fine ? Par ailleurs, en complément du WiFi, le LiFi peut apporter Internet dans des bâtiments où les ondes ne passent pas comme un tunnel ou un parking. Par sa capacité de géolocalisation, il peut être une réponse à la connexion des objets connectés, en alternative aux réseaux dédiés de type Sigfox ou LoRa. Le LiFi garantit la confidentialité des données. Alors qu’un signal WiFi traverse les murs, les ondes lumineuses sont, elles, confinées à une pièce réduisant ainsi les risques de piratage (pour le moment). Des entreprises évoluant dans les secteurs d’activité critiques comme la défense ou la finance peuvent ainsi proposer un accès mobile sécurisé à leurs visiteurs ou équiper leurs salles de réunion. Nexity, Sogeprom (filiale de Société Générale) ou Microsoft ont équipé en LiFi leur siège social. Contrairement au WiFi qui nous expose en permanence à des ondes électromagnétiques – les personnes électrosensibles en savent quelque chose -, le LiFi n’est pas nocif pour la santé. Il utilise, rappelons-le, des signaux infrarouge ou des leds normalisées. La grande distribution déjà conquise Les cas d’usage sont multiples. Le LiFi peut être utilisé dans les lieux publics comme les hôpitaux, les écoles, les bibliothèques ou les aéroports, pour ces raisons sanitaires. La loi Abeille interdit en France l’installation de hotspots Wifi dans les lieux accueillant des enfants de moins de 3 ans comme les crèches. En milieu hospitalier, le Wifi peut aussi provoquer des interférences avec des équipements médicaux de type IRM. Dans la Smart City, un éclairage Led compatible remplace avantageusement les lampadaires traditionnels en apportant de nouveaux services. Palaiseau a ainsi équipé tout un quartier de lampadaires communicants. Un marché prometteur sachant qu’une directive européenne proscrit, à compter de 2020, les ampoules à incandescence pour l’éclairage public. Avec une précision de géolocalisation de 10 cm, le LiFi peut délivrer des informations géocontextualisées et donc être très utile en géomarketing. Il va remplacer les audio-guides dans les musées, informer des voyageurs sur un quai de gare ou à une station de bus. La grande distribution est également intéressée. Dans son nouveau magasin du 19ème arrondissement parisien, Leclerc a placé des capteurs LiFi dans les poignées de ses caddies. Avec deux utilités : tracer le parcours de ses clients dans […]

LiFi, et Internet vint de la ...


2
Temps de lecture : 2 minutes Par la Rédaction ORSYS Relais de la stratégie commerciale de l’entreprise, le manager commercial doit être capable de déléguer, faire adhérer, communiquer sa motivation, rassurer… bref devenir un coach des membres de son équipe. Mais le rôle de manager coach est-il si facile à endosser ?   Le coaching, bien plus qu’un terme galvaudé… Le coaching, terme issu du monde sportif, s’est développé ces dernières années dans les entreprises. Tout d’abord réservé aux hauts dirigeants, il est désormais accessible à tout collaborateur. Et s’’il était pratiqué par des prestataires spécialisés externes à l’entreprise, formés à ce rôle, le coaching devient une pratique intégrante de la façon de manager. Objectif pour le manager coach : améliorer les performances de son équipe. Il encourage, conseille, accompagne et insuffle la dynamique nécessaire à chaque membre de son équipe. Une dimension de la fonction de manager qui colle aux préoccupations actuelles de l’entreprise. 

Le manager commercial peut-il vraiment être ...


Temps de lecture : 4 minutes Alors que nos vies se digitalisent à vitesse grand V, les notions d’ergonomie et d’interface homme-machine deviennent essentielles. Pour interagir avec des environnements virtualisés, le triptyque clavier-souris-écran laisse peu à peu place à de nouvelles interfaces gestuelles, vocales ou textuelles. Psychologue cogniticienne, cofondatrice de la société LudoTIC et formatrice chez ORSYS, Teresa Colombi* se réjouit du chemin accompli. « En 1999 quand j’ai débuté, l’ergonomie n’était absolument pas prise en compte. A la fin de mes études, je ne trouvais pas de stage. »

Quand le numérique redonne ses lettres ...



1
Temps de lecture : 3 minutes En 2013, nous interrogions Michelle Goldberger, spécialiste du Social Selling, dirigeante de The Smartworking Company et formatrice ORSYS, à l’occasion d’un nouveau sujet en préparation, bientôt sur ce blog, nous nous sommes rendus compte que le sujet pour les commerciaux ci-dessous était toujours d’actualité à bien des égards ! Reprise du blog ORSYS de l’époque : On parle beaucoup du « Commercial 2.0 » mais les entreprises se sont-elles posé les bonnes questions ? Leur stratégie commerciale est-elle en cohérence avec les besoins de ce service bien spécifique ? Qu’en est-il du Retour sur Investissement ? Michelle Goldberger nous aide à y voir plus clair : En 2013, les réseaux sociaux, un besoin clairement identifié au sein des entreprises ? Le besoin est clair et identifié. En 2013, les entreprises commencent à se réveiller sur ce sujet. Les tendances montrent que les consommateurs/acheteurs/clients utilisent l’outil performant 2.0 donc les entreprises doivent suivre voire anticiper. Chez Orange, 90% de leurs clients consultent leur site Web avant d’acheter. Le client ne peut aller plus vite que l’entreprise or le client est déjà 2.0 !

Flashback : « Vos commerciaux utilisent-ils les ...


Temps de lecture : 2 minutes ​ Marianne, Orsysienne de Paris, nous parle de son métier de Business Developer et de ce qui la passionne dans son travail et dans la vie. Après un Master de management en ingénierie d’affaires à Sup de Vente, elle entame sa carrière chez ORSYS dès 2015 en tant que Business Developer. Grâce aux compétences acquises à ce poste elle est, depuis, passée Ingénieur d’Affaires pour ORSYS ! Au quotidien, qu’est-ce qui te passionne dans ton métier ? « Tout l’intérêt de mon travail réside dans le relationnel.

PORTRAIT D’ORSYSIEN : Marianne, l’aventurière


Temps de lecture : 4 minutes Au moment où on nous parle de Design Sprint, de travail en mode projet*…, chez ORSYS, l’une des formations les plus demandées en Gestion de Projet demeure « le cahier des charges » . Pourquoi ? Les services ne changent-ils pas leurs méthodes de travail ? Les organisations ne passent-elles toujours pas au « tempo » digital ? Et si tout simplement le cahier des charges restait le document contractuel décrivant ce qui est attendu du maître d’œuvre par le maître d’ouvrage et donc toujours nécessaire à une mission, outil de base et garde-fou pour chacun ? Xavier Roudaut**, expert ORSYS, vous décrypte les principes et les enjeux de rédaction d’un cahier des charges et nous en rappelle les fondamentaux. Quels sont les bénéfices de la rédaction d’un cahier des charges ?

Le cahier des charges : has-been ...



2
Temps de lecture : 3 minutes Reprise et mise à jour d’un article ORSYS Avec Claude COUDERC * 90 secondes pour vous expliquer SharePoint avec des mots simples et des exemples concrets En quelques années, SharePoint est devenu un outil capital dans l’organisation des données informelles. Depuis sa version novatrice de 2007, les entreprises ont commencé à connaître cet outil unique. Il a plus de 100 millions d’utilisateurs recensés dans le monde. Les dernières versions, SharePoint Online et SharePoint 2016, ont confirmé et renforcé son succès, aussi bien auprès de l’entreprise publique que privée. Ce dernier point est remarquable en soi car il confirme la pertinence du choix. Pourtant, peut-être à cause de sa richesse fonctionnelle, vous avez pu percevoir SharePoint comme une grosse nébuleuse avec des paramètres disséminés un peu partout. Ou bien, vous vous demandez tout simplement : « Qu’est-ce que SharePoint et à quoi sert-il ? »

90 secondes pour Microsoft SharePoint – ...


Temps de lecture : < 1 minute L’ordonnance du 23 juillet 2015 sur la nouvelle règlementation des marchés publics modifie profondément le champ d’application de la commande publique. Notre expert, Hamid Melia*, vous présente dans la vidéo qui suit les points essentiels de cette ordonnance dont la date d’application a été fixée au 1er avril 2016. Nos formations associées : Secteur public : achats Travailler avec le secteur public Achats *Hamid MELIA Responsable juridique et formateur indépendant en droit/droit public Son parcours lui permet de concilier la vision des structures institutionnelles avec celles des entreprises. En effet, après dix années passées au sein d’un cabinet d’avocats puis deux années dans une collectivité territoriale, il capitalise l’ensemble des problématiques traitées auprès des chefs d’entreprise et décide de créer son cabinet de conseil. Plusieurs dirigeants d’entreprises ont ainsi fait appel à ses compétences et à sa plus-value en termes de conseil. En parallèle, il est également responsable juridique au sein d’une société d’expertise comptable.

Réforme des marchés publics : les ...


1
Temps de lecture : 2 minutes « Près de la moitié des entreprises ne disposent toujours pas d’une stratégie adaptée pour lutter contre le piratage informatique » Jocelyn Grignon, Grant Thornton Sony, eBay, Home Depot, JP Morgan, Target, VTech… Les cyberattaques se multiplient et n’épargnent aucun secteur d’activité. La révolution numérique s’accompagne donc de nouveaux risques avec le vol et la fraude de données, les attaques par déni de service jusqu’au « breakdown » total des infrastructures. Ainsi en 2015, les risques IT figurent dans le top 5 des risques globaux identifiés par le Forum de Davos. C’est une première. Par où commencer ? Audit, analyse des risques, normes et référentiels, cadre juridique et réglementaire, rôle du RSSI, choix de solutions de protection et de supervision, sensibilisation des salariés, budget etc… Nous avons sollicité l’un de nos experts en sécurité, Pascal Gouache* pour qu’il nous fasse un état des lieux et nous donne ses prévisions sur les  normes ISO 27 001 : 2013 permettant de mettre en place un système de management (SMSI) du risque de la sécurité de l’information. La norme internationale de maîtrise du risque ISO/CEI 27001 lié à la sécurité de l’information décrit, sous forme d’exigences, les bonnes pratiques à mettre en place pour qu’une organisation puisse maîtriser efficacement les risques liés à l’information. Vidéo : Avis d’expert * Pascal GOUACHE Expert en cybersécurité et ingénieur Telecom Paris Tech (ENST), son expérience de la sécurité des technologies de l’Information lui a permis successivement de réaliser des missions d’intégration et de conseil auprès de grands groupes privés et publics, puis de devenir responsable du pôle Intégration de Sécurité IT au sein de Thales. En 2005, il est à l’initiative du développement du premier Appliance pare-feu applicatif français. Depuis huit ans, il assure également des missions d’audit de sécurité dans les domaines industriels et financiers. Il est un des référents français sur des projets de sécurité ISO 27001/27002 ainsi que sur le standard de sécurité de Visa/Mastercard PCI DSS. Formations associées : ■ ASE   Implémenter et gérer un projet ISO 27001:2013  ■ LAU   ISO 27001:2013 Lead Auditor, mise en pratique, certification ■ LED   ISO 27001:2013 Lead Implementer, mise en pratique, certification  

Sécurité des systèmes d’information : actualités ...



1
Temps de lecture : 4 minutes Par Christophe Blaess Le terme « système embarqué » est une traduction un peu maladroite de « embedded system » qui signifie plutôt système incorporé, intégré, enfoui. Prenons donc garde à ce mot « embarqué » qui est trop souvent connoté « mobilité ». Bien qu’un panneau d’affichage urbain ou un réfrigérateur soient plutôt statiques par nature, ils répondent parfaitement aux critères des systèmes embarqués… La notion de système embarqué Il serait peut-être plus juste de décrire un système embarqué comme un ensemble informatique. Il se trouve intégré dans une entité plus complexe dont il devient une pièce parmi d’autres. Ainsi, une carte à microprocesseur (système informatique complet) devient un simple composant d’un tableau de bord, d’un panneau de contrôle industriel, d’un objet grand-public, etc. Une caractéristique commune à la plupart des systèmes embarqués est le fait qu’ils sont conçus pour répondre à un ensemble de contraintes imposées par leur environnement de fonctionnement, ou leur destination. En voici quelques exemples courants : – contraintes matérielles. L’encombrement maximal du système (taille et poids) impose des limitations à l’autonomie (volume des batteries), au refroidissement (radiateurs et ventilateur) et par conséquent à la puissance processeur utilisable ; – contraintes logicielles. Le fonctionnement du système dans des environnements hostiles, soumis à des utilisateurs inexpérimentés ou malintentionnés… sa résilience face à des coupures d’alimentation intempestives et la possibilité de réaliser des mises à jour distantes et automatiques… sont des problèmes complexes. Il faut impérativement les prendre en considération lors de la conception d’un système embarqué ; – contraintes fonctionnelles : pour qu’un système soit en avance face à la concurrence, il est nécessaire de minimiser les coûts – donc la puissance matérielle disponible. Le tout en optimisant les fonctionnalités proposées à l’utilisateur. Le logiciel doit tirer parti de toutes les ressources disponibles via des techniques de programmation spécifiques (temps réel, multi-threading, IHM avancée, etc.). Domaines d’application Les systèmes embarqués prennent des formes très différentes et représentent une activité transverse de l’informatique. On peut toutefois les ranger dans quelques catégories couramment rencontrées : – Systèmes embarqués industriels. Ces systèmes ont essentiellement un rôle de pilotage et de supervision de processus de production industrielle. Le cœur du métier est souvent réalisé par des composants spécialisés (systèmes d’acquisition, FPGA, microcontrôleur, ASIC, etc.) dialoguant par l’intermédiaire de protocoles de communication adaptés (CAN, SPI, PCIe…) avec un processeur intégré sur une carte embarquée qui assure les fonctions secondaires (réseau, interface utilisateur, stockage…). – Électronique grand public. Les systèmes embarqués sont omniprésents dans les équipements technologiques actuels (smartphones, tablettes, liseuses…). Ils gagnent sans cesse du terrain dans de nombreux appareils domestiques (électroménager, domotique, etc.). L’interface utilisateur joue un rôle crucial dans le choix du public. Les systèmes d’exploitation et environnements logiciels doivent assurer une cohérence d’utilisation entre les différentes plateformes. C’est le domaine de prédilection des environnements comme Android, iOS, Tizen, etc. – Objets connectés, IoT (Internet of Things). Cette nouvelle branche des systèmes embarqués connaît un essor très important depuis quelques années. Le modèle repose généralement sur la connexion d’objets du […]

Tour d’horizon des systèmes embarqués


2
Temps de lecture : 4 minutes BYOD, big data, cloud… Les nouvelles technologies numériques ouvrent des opportunités de croissance sans pareilles aux entreprises. Celles-ci doivent toutefois repenser leur organisation… Commentaires avec Yannick Delsahut*, fondateur de la société GoldStark et spécialiste du digital. L’entreprise est-elle « numérique » ou « digitale » ? Si le terme « numérique » fait référence aux technologies – site web, Facebook, appli mobile…–, le digital évoque plutôt l’utilisation que l’on va en avoir : il résulte du mix technologie et du marketing client. Aujourd’hui, je vais sur un site, on collecte mes données, mon profil, mon comportement… ces données seront analysées afin de me faire des offres adaptées. Le digital, c’est en fait l’usage qu’on fera, dans une stratégie globale de communication et d’utilisation, de ces données. Quand Nike vous propose des chaussures avec des connecteurs pour suivre votre activité, c’est une technologie, mais quand Nike commence à mieux comprendre votre profil, votre comportement, et vous offre des services pour mieux vous accompagner au quotidien, c’est du digital. Quel impact réel a le digital sur l’entreprise ? Deux « révolutions » me semblent majeures. La première, c’est que les moyens de collecte des données sont de plus en plus diversifiés en plus des moyens « classiques » (formulaires, visites de site…). Objets connectés, montres, lunettes… ces technologies envahissent notre environnement au quotidien. La deuxième, c’est que ces objets vont communiquer quasiment en permanence. Il y aura des masses de données colossales à traiter, d’où le terme « big data ». Les entreprises veulent aujourd’hui collecter des informations en quantité afin de les analyser, prendre des décisions le plus rapidement possible. Mais un grand nombre d’entre elles ne seront prêtes ni financièrement ni techniquement.

« Digital : c’est aux dirigeants ...


1
Temps de lecture : 2 minutes L’évolution des usages d’Internet modifie profondément les modes de communication. Le public n’est plus seulement le récepteur, il est devenu le relais, l’émetteur. Ce consommateur actif ne peut plus être considéré comme une simple cible qui se contentera de recevoir une information institutionnelle/marketing. Frédéric Foschiani*, notre expert e-réputation, réseaux sociaux, Community Management et marque employeur vous explique dans cet article comment et pourquoi prospecter sur les réseaux sociaux : Les attentes des clients envers une marque ou une entreprise évoluent avec les nouveaux usages collaboratifs. Et les entreprises ne maîtrisent plus les contenus qui sont proposés à leurs prospects ou clients. Le parcours client est ainsi enrichi de nouvelles étapes liées aux nouveaux usages collaboratifs. Le processus d’achat est désormais quasi systématiquement précédé d’une étape de recherche d’informations sur Internet. L’internaute s’émancipera ainsi de tout contrôle de la part de l’entreprise. C’est ce que l’on nomme le ‘Zero Moment Of Truth’ ou ‘ZMOT’.

Commerciaux : comment et pourquoi prospecter ...



4
Temps de lecture : 4 minutes Proposé par l’équipe pédagogique Orsys* En 2013, le maître mot en matière d’interfaces graphiques était « simplicité ». Qu’en sera-t-il pour 2015 ? La tendance 2013, le Flat Design, impulsée par la sortie de Windows 8 – avec son interface graphique Modern UI – et confirmée avec la sortie d’iOS 7, s’est en effet poursuivie. Fini les effets de relief et les simulations de textures : le Flat Design privilégie le contenu plutôt que le contenant. Il mise sur une interface graphique épurée, des icônes claires et minimalistes, des couleurs vives et de nouvelles typographies. Cette tendance perdurera en 2015, d’autant plus que celle-ci s’adapte parfaitement au développement des interfaces graphiques des applications pour smartphones, tablettes et autres objets connectés, comme les montres par exemple, massivement adoptés par les internautes.

Tendances du Web design


Temps de lecture : < 1 minute Solange Hémery-Jauffret* est experte en communication. Elle nous explique, dans cette vidéo, en quoi la communication RSE est essentielle à la stratégie des organisations. *Solange Hémery-Jauffret est consultante, fondatrice de VedaCom, plateforme de compétences en communication et consultante formatrice ORSYS. Diplômée d’un master européen de management culturel, elle a également développé une expérience professionnelle des stratégies de communication dans deux agences de communication (EuroRSCG C&O/ Havas – Mediasystem/Publicis) pendant plus de 10 ans. Elle a été responsable notamment du dispositif actionnaires de France Télécom, du magazine monde de Groupe Adeo (Leroy-Merlin), de la revue de l’observatoire européen des bonnes pratiques de la ville d’Angers, du dispositif éditorial BtoB Fret SNCF… Après cette immersion dans le print, elle a pris le virage de l’internet. Elle est devenue directrice associée de Kalliweb, web agency spécialisée dans le conseil éditorial. Puis elle a  pris en charge la direction éditoriale et la communication de Blue Marguerite. Elle est passionnée par les nouvelles technologies.  Elle a  pu appréhender les problématiques et enjeux des média sociaux et de l’image numérique des marques. Très impliquée dans le domaine de la RSE, elle forme en entreprise et dans les administrations publiques à la communication RSE notamment. Pour aller plus loin : Toutes les formations ORSYS RSE Et aussi: Toutes les formations ORSYS Communication digitale      

ORSYS TV : l’avis d’expert « Communication ...


Avis d'expert - Pascal Gouach
Temps de lecture : < 1 minute Au moment où TV5 Monde se faisait pirater (après bien d’autres), Pascal Gouache*, expert Sécurité des Systèmes d’Informations chez ORSYS donnait une conférence sur le sujet à La Grande Arche de La Défense. Nous l’avons interviewé à la fin de sa conférence sur la sécurité : * Pascal GOUACHE Consultant, chef de projet, spécialisé dans la sécurité des réseaux et des systèmes d’information, il dirige des projets de sécurité active et de qualité de service pour des grandes entreprises mettant en œuvre des technologies de type firewall réseau et applicatif, proxy, authentification, PKI, haute disponibilité et VPN. Certifié ISO, il est également spécialisé dans la protection, la disponibilité et l’amélioration des performances des services en ligne. Il est formateur indépendant sur la Sécurité des SI, état de l’art notamment chez ORSYS depuis plus de 12 ans. Il anime aussi des formations/certifications Risk Manager, Lead Auditor, Lead Implementer, normes ISO… Toutes les formations et séminaires Sécurité SI : ici Hashtag de la conférence : #CONSECURDIG

La sécurité à l’heure des transformations ...



1
Temps de lecture : 3 minutes Par Pascal Cathiard* Do you speak French ? Que se passe-t-il quand on ne se comprend pas ? Qui n’a pas déjà eu l’impression de parler une langue étrangère devant un interlocuteur censé être un compatriote, collègue de surcroît, avec qui vous travaillez depuis plusieurs années et qui régulièrement ne vous comprend pas ? Rien de plus banal, car si nous partageons la langue de Molière, nous ne l’entendons pas tous de la même oreille ou plutôt du même canal. En effet, communiquer ne consiste pas juste à employer un langage commun. Nous sélectionnons dans ce langage un type de vocabulaire (un filtre), nous construisons nos phrases d’une manière spécifique (un canal) et utilisons des codes para et non verbaux variés (des parties de personnalités). Autant de différences qui au bout du compte font la différence : nous ne nous entendons pas ! Fondée par Taïbi Kahler (voir encadré), docteur en psychologie américain, la PCM est une méthode qui permet d’optimiser sa communication par une meilleure connaissance de soi et des autres à travers une analyse fine des langages et des comportements. Ainsi, par l’étude des six filtres de perception, des profils qui leur correspondent, de la communication non verbale associée et des canaux préférentiels, la PCM nous permet de devenir des communicants efficaces, capables d’adapter notre communication à notre interlocuteur afin d’être mieux entendu et mieux compris.

Comment booster votre sens relationnel et ...


Temps de lecture : 2 minutes Gilles NICOT, consultant-développeur, responsable des opérations d’une société spécialiste du Web,  et formateur expert en entreprise du développement .NET, nous livre son point de vue sur les changements qui se profilent en matière de développement d’applications. Les Techdays** qui ont eu lieu récemment, confirment notamment la tendance des applications HTML5. Elles intègrent désormais la mobilité avec le Responsive Web Design côté client et une infrastructure de services hébergés dans le Cloud de l’autre avec le slogan « Mobile First et Cloud First ! ». Mais derrière ce slogan, se profile un changement de cap plus radical. L’arrivée de Satya Nadella à la direction de Microsoft en 2014 peut se résumer en 2 mots : convergence et ouverture.

Tendance vers les applications Web : ...


Temps de lecture : 3 minutes Les « applis » ? Impossible ou presque de s’en passer. Le secteur des applications mobiles est sans doute l’un des plus florissants sur le marché de l’économie numérique… Pesant 18 milliards d’euros et employant près de 5 millions de personnes en Europe*, le marché garde le sourire. Et demain ? Bilan et perspectives. Les applications mobiles ou « applis » : de petits programmes qui se téléchargent sur le téléphone ou la tablette, directement depuis son appareil ou un ordinateur. Gratuites ou payantes, elles révolutionnent, à elles seules, le marché de l’informatique. Flurry** nous propose une photographie de ce secteur… Les messageries instantanées en tête Les usages mobiles voient leur augmentation bondir grâce aux applications. En 2013, leur utilisation a progressé en moyenne de 115 %. Pour certaines catégories, elle a même doublé ! Il s’agit essentiellement des applications de messagerie – WhatsApp, SnapChat remportant un franc succès – et de réseaux sociaux (Twitter, Facebook, Instagram, YouTube, en tête). Elles semblent d’ailleurs de plus en plus préférées aux SMS dont le nombre a atteint 1,4 milliard le 31 décembre dernier. Bien moins que les sessions d’applications ouvertes le même jour, qui culminaient à 4,7 milliards. En comparaison, les applications utilitaires (lampes torche, par exemple) ou de productivité ne voient leur marché progresser « que de » 149 % et les actualités de 31 %.

Applications mobiles : toujours tendance ?



1
Temps de lecture : 4 minutes Aujourd’hui se posent avec encore plus d’acuité les questions de l’employabilité, de la mobilité interne et de la gestion des compétences au sein des entreprises. La réforme de la formation professionnelle nous incite à mettre en place une véritable stratégie de formation et de certification.  ORSYS s’est associé avec l’université Paris-Dauphine pour répondre à cette demande croissante et mettre en commun leurs atouts.   Pourquoi un certificat universitaire ? Pour le salarié : Valoriser ses acquis Suivre une formation permet de s’arrêter un moment sur son parcours professionnel et souvent réaliser tous les savoirs, les savoir-faire et les savoir-être acquis au cours de sa carrière. Cette prise de conscience est importante en termes de confiance en soi. Mais aussi, de façon plus pragmatique, elle permet de formaliser et communiquer sur ses savoirs. Valider un parcours de formation Au cours de sa vie professionnelle, le salarié suit diverses formations formelles mais aussi et surtout il apprend « sur le tas ». Une formation, les échanges avec un formateur et une évaluation rigoureuse offre la possibilité au salarié de faire le point sur son parcours. Acquérir de nouvelles compétences, de nouvelles pratiques Les nouvelles technologies, l’évolution des techniques de management, l’arrivée des nouvelles générations… nous obligent à évoluer constamment. Apprendre tout au long de sa carrière est une nécessité de nos jours tant professionnellement que personnellement. Préparer une évolution de carrière Obtenir un certificat universitaire, c’est engager une réflexion sur son avenir professionnel. Mais également envisager de reprendre des études (en effet, les certificats universitaires permettent de valoriser les compétences en vue d’une inscription à un diplôme via le dispositif VAP*). C’est enfin apporter un élément valorisant dans les échanges avec son employeur. Etre formé par des experts ORSYS répondant à un process qualité strict Orsys, responsable du déroulé pédagogique, met à disposition ses meilleurs intervenants. La procédure de validation des intervenants (validations des compétences techniques, pédagogiques, du support de cours) garantit aux participants une qualité de formation.  

Les 12 bénéfices d’une certification pour ...


1
Temps de lecture : < 1 minute Hervé Dessacs est dirigeant de l’Institut de Recherche Stratégique en Management. Il intervient dans tous les domaines du management et coache des dirigeants d’entreprise. Dans cette vidéo, il nous explique ce que sera pour lui le management du futur : Voir la vidéo : Management de demain Pour aller plus loin : Manager de proximité Et pour se former : Formations Management

ORSYS TV – L’avis d’expert : ...


1
Temps de lecture : < 1 minute Guy Chesnot est expert en Big Data, Cloud, Hadoop, Open Data… mais aussi formateur pour ORSYS, nous explique ce qu’est l’Open Data et son intérêt : Voir la vidéo : Open Data Pour aller plus loin : Séminaire Big Data Et se former : Formations Technologies numériques

ORSYS TV – L’avis d’expert : ...



2
Temps de lecture : 4 minutes   Un tiers des entreprises françaises utilisaient le cloud en 2014*. Le premier frein à l’adoption de ces solutions ? La sécurité. Pourtant, cinq ans plus tôt, le gouvernement annonçait la création d’un nuage informatique à la française. Qu’en est-il aujourd’hui ? Nicolas Fonrose** est fondateur de Teevity, start-up spécialisée en Cloud Costs Analytics. Il est aussi intervenant pour ORSYS, et nous livre ses impressions sur la problématique du cloud souverain… Quelles motivations ont poussé à la création d’un Cloud souverain ? Si le Cloud Computing connaît un réel essor, les entreprises et organisations européennes demeurent pour la plupart méfiantes. Rappelons-nous l’affaire de l’espionnage de la NSA (Agence nationale de sécurité américaine) dévoilée par Edward Snowden. Aujourd’hui, nos matériels, nos logiciels… sont américains, et le stockage des données est, la plupart du temps, proposé dans les datacenters des principaux acteurs du Cloud (Amazon Web Services – AWS, Google Cloud, Microsoft Azure…) qui sont tous à capital américain et donc soumis, entre autres, aux lois américaines. Dès 2009, l’État a donc pris la décision de bâtir un cloud à nationalité capitalistique française. Cet enjeu national fort implique une souveraineté technologique globale : avec le Cloud souverain, les serveurs, les hardwares, les logiciels… s’opèrent par des acteurs à capitaux français. De plus, les techniques de chiffrement sont issues d’acteurs connus, bénéficiant de la confiance de l’État français.

Cloud souverain : où en sommes-nous ...


1
Temps de lecture : 2 minutes Stéphanie Roels est coach de managers et dirigeants, experte en leadership, confiance en soi et affirmation de soi. Elle est également formatrice pour Orsys, nous livre ses conseils pour rebooster la confiance en soi des collaborateurs : Nombreuses sont les situations dans l’entreprise susceptibles de fragiliser la confiance en soi d’un collaborateur. Et cela quelle que soit sa position hiérarchique ou la nature de sa fonction : reclassement, prise de nouvelles responsabilités, mauvaises relations avec son manager ou avec ses collaborateurs, échecs, etc. Ainsi, les conséquences de cette perte de confiance sont réelles et tangibles pour la personne comme pour l’entreprise. Par exemple : désengagement, inhibition de l’action, perte de créativité…Mais aussi résistance au changement, non-dits, dégradation des relations humaines et du climat social. La confiance en soi des collaborateurs de l’entreprise est un pilier de son capital humain, sa colonne vertébrale : une variable impactant massivement sa performance globale.

Clés pour rebooster la confiance en ...