Quelle plateforme de cloud choisir : AWS, Azure ou Google Cloud ?


Share Button
Image d'illustration Quelle plateforme de cloud choisir : AWS, Azure ou Google Cloud ?

En 2022, le cloud est capable d’assurer tous les besoins IT de l’entreprise : applications, stockage, calculs, analyse de données massives, réseau, cybersécurité… Amazon, Microsoft et Google jouent des coudes pour offrir leurs services. Quelle offre choisir ? Expert du domaine, Loïc Thobois* nous aide à y voir plus clair.

Depuis près de 20 ans que le cloud existe, on ne compte plus le nombre de services mis sur le marché. À tel point qu’il est difficile de s’y retrouver, de comprendre et de comparer ces services.

Pour ne rien arranger, différentes définitions du cloud se sont succédé. Aujourd’hui, la plus populaire est celle de la NIST (National Institute of Standards and Technology), une agence du département du Commerce des États-Unis.

Elle définit le cloud par cinq caractéristiques :

  • Des services à la demande qui nécessitent des outils permettant une administration en toute autonomie du client pour gérer le cycle de vie de ses ressources et un contrat chapeau englobant les conditions des services actuels, mais aussi futurs de la plateforme évitant des avenants à chaque modification d’architecture.
  • Une dépendance au réseau : la connexion aux services passe par le réseau. Ce dernier doit donc être particulièrement surveillé aussi bien concernant sa disponibilité que sa qualité (bande passante, latence…)
  • Un regroupement de ressources par pool permet de faciliter l’implémentation d’architecture multitenant (chaque client aura un ou plusieurs tenants réunissant ses ressources). Cela permet au fournisseur de bénéficier d’économie d’échelle lors de l’achat des ressources et d’optimiser l’exploitation de ces derniers.
  • Une élasticité manuelle ou automatique : des outils de mise à l’échelle facilitent l’adaptation des infrastructures aux besoins. Ceci se fait manuellement ou par le biais d’indicateurs associés à des seuils de déclenchement sur certaines ressources (CPU, Mémoire, requête/s…).
  • Une supervision des services mis à disposition : le fournisseur surveille et supervise les ressources afin d’offrir une qualité de service optimale et des moyens de contrôle, notamment concernant la facturation aux clients.

Quels sont les services cloud disponibles ?

À de rares exceptions près, les différents fournisseurs présents sur le marché du cloud computing se sont positionnés sur des services souvent liés à leur domaine d’activité historique.

Ainsi, on observe des fournisseurs spécialisés dans les services

  • IaaS (Infrastructure as a Service) mettant à disposition des infrastructures de machines virtuelles, de réseau et de stockage.
  • PaaS (Platform as a Service) qui vont mètrent à disposition des composants facilitant le déploiement d’architecture applicative via des services prêts à être intégré par les développeurs applicatifs.
  • SaaS (Software as a Service) qui proposent des logiciels clés en main fonctionnellement opérationnels que l’on va pouvoir directement exposer auprès des utilisateurs finaux.

Aussi, parmi les services les plus populaires et disposants de la plus forte visibilité, on retrouvera les grosses plateformes hyperscale. C’est-à-dire les plateformes des fournisseurs qui ont totalement automatisé et optimisé la gestion du cycle de vie des ressources dans lequel on retrouve Microsoft Azure, Amazon AWS, Google Cloud Platform, IBM Cloud, Oracle Cloud, Alibaba Cloud et Huawei Cloud.

L’offre cloud du marché

Microsoft Azure

Depuis une quinzaine d’années (2010 pour Microsoft Azure), Microsoft propose un catalogue de services parmi les plus larges du marché, couvrant tous les modèles de services. Sa plateforme Microsoft Azure permet de déployer des machines virtuelles IaaS et des composants de plateformes PaaS et des services SaaS seront aussi disponibles par l’intermédiaire de Microsoft 365, Microsoft Dynamics, Azure DevOps, Microsoft Intune…

Loin des origines propriétaires de Microsoft, les plateformes sont très ouvertes aux solutions open source (Linux, PHP, MariaDB…) ainsi qu’aux services des partenaires de premier niveau (Citrix, RedHat, SAP…) et de second niveau (Oracle, F5, CheckPoint…).

Amazon AWS

Depuis près de 15 ans (2006 pour les trois premiers services) Amazon AWS propose une offre essentiellement orientée IaaS et PaaS. C’est l’une des plateformes les plus anciennes dans le domaine et la plus avancée techniquement.

Bénéficiant de sa position historique, elle propose un très large choix de services à son catalogue. C’est la solution la plus populaire pour les sociétés qui ont choisi historiquement d’héberger une partie importante de leur infrastructure dans le cloud public que l’on appelle cloud native comme Netflix, Airbnb, Uber…

Google Cloud Platform

Google Cloud Platform (GCP) a commencé ses activités en 2008 avec quelques services bêta, puis a ouvert officiellement en 2011 avec un catalogue plus complet. Sans accuser un retard important par rapport à ses principaux concurrents, une baisse des investissements pendant plusieurs années a desservi la plateforme. Les investissements ont repris depuis quelques années avec une orientation de l’offre plus ciblée que ces concurrents. Ainsi l’offre IaaS est en retard techniquement, mais la plateforme data est l’une des plus puissantes.

Les avantages et inconvénients de chaque plateforme

Pour évaluer les avantages et inconvénients d’une plateforme IaaS/PaaS, plusieurs critères doivent être pris en compte :

  • La simplicité d’administration permettant une prise en main simplifiée par les équipes d’exploitation : Microsoft Azure domine sur ce critère avec des outils web offrant une vision d’ensemble des ressources du tenant quelles que soient les régions et sans égal chez ses concurrents. GCP est assez accessible là où Amazon AWS demande un investissement beaucoup plus important pour maîtriser ses outils et sa technicité.
  • La richesse du catalogue de services : les offres de Microsoft Azure et Amazon AWS dominent sur ce critère même si les offres de GCP et IBM offrent tout de même les services nécessaires à la plupart des entreprises.
  • La capacité à mettre en place une infrastructure hybride : Microsoft bénéficie d’une présence forte dans les systèmes informatiques de nombreuses entreprises. Cette position offre un avantage important par rapport aux solutions de Google et d’Amazon pour lesquelles il est obligatoire de se reporter vers des solutions partenaires (VMware, intégration spécifique cloud privée…). Cela implique d’avoir à gérer plusieurs fournisseurs pour résoudre tout problème de fonctionnement.
  • Les capacités techniques : Amazon AWS domine la concurrence concernant les capacités à contrôler et à optimiser la plateforme. C’est aussi pour cela que les grosses plateformes privilégient ce fournisseur. Les autres fournisseurs proposent des services un peu plus rigides, donc le niveau d’optimisation est moins important ou plus complexe.
  • Les coûts : les différents fournisseurs se livrent à une bataille féroce sur les prix de leurs services. Ces derniers varient régulièrement, mais on observe une certaine homogénéité entre Amazon AWS et Microsoft Azure là où les challengers comme GCP et Oracle Cloud sont très agressifs.

Comme souvent, chaque offre correspond à des besoins spécifiques. L’importance relative des caractéristiques précédentes va guider le choix d’un fournisseur.

*Loic Thobois

Avec plus de 10 ans d’expérience dans l’administration et l’architecture réseau et système, cet ingénieur Supinfo est expert Docker et supervision système. Depuis 2001, il mène également une activité de formateur sur les technologies Microsoft et Cisco.

Nos meilleures formations

Toutes nos formations en :

Share Button