Managers, développez votre assertivité !


Temps de lecture : 4 minutes
Share Button

L’assertivité est aujourd’hui l’un des termes les plus utilisés dans le monde professionnel. Pourquoi ? Que signifie-t-il concrètement ? Est-on assertif naturellement ? Quel en est l’impact ? Comment peut-on travailler son assertivité ? Autant de questions qui méritent quelques éclaircissements… Tour d’horizon avec Sandrine Bertrand*, formatrice en communication, management et développement personnel.

L'assertivité est une compétence clé des managers.

Assertivité, de quoi parle-t-on ? Concept forgé par le psychologue américain Andrew Salter au début du XXe siècle, l’assertivité désigne l’aptitude à exprimer des idées ou à défendre des droits sans agressivité envers autrui.

L’assertivité, une compétence qui s’acquiert

En tant que manager, est-on d’office assertif ? Nous fonctionnons naturellement en interprétant tout ce que nos sens captent. Autrement dit, l’environnement a un impact significatif sur nos relations avec les autres. Nos interprétations constantes sont fragiles car très souvent déformées ou déconnectées de la réalité. Nous entrons alors – la plupart du temps, sans même nous en rendre compte – dans le monde du jugement et des croyances, tout autant par notre nature que notre éducation ou notre culture. Et la conjonction de tout ceci a un impact sur nos comportements. Pour résumer, personne n’est donc vraiment assertif par nature. Au contraire, cela demande des efforts de prise de conscience, du recul et une vraie volonté d’améliorer les choses pour le devenir !

L’assertivité, votre alliée pour bien manager

Quel que soit votre niveau hiérarchique, l’assertivité est votre meilleure alliée pour favoriser la confiance, l’écoute, la cohésion et l’implication de vos collaborateurs. En effet, en étant affirmé sur vos positions, avec écoute et bienveillance, vous posez des bases solides et pérennes. Vous l’aurez donc compris, pour être assertif, il faut déjà avoir une bonne estime de soi. L’estime de soi se construit autour de l’image de soi, l’amour de soi et la confiance en soi. Un triplé gagnant qui vous rend fort ! Et qui va de pair avec une certaine souplesse d’esprit ainsi qu’une vraie humilité, sincère et connectée à la réalité environnante.

Sans assertivité, le risque majeur est de basculer dans la passivité, l’agressivité, ou la manipulation.

PassivitéAgressivitéManipulation
Tout laisser faire,
y compris ce qui ne vous convient pas.
Dans le cadre managérial,
cela se manifeste à minima par un excès d’autorité.
Emprise malveillante
exercée sur une personne pour la contrôler.

Les conséquences seront néfastes à tous les niveaux, pour le manager mais aussi l’équipe ou l’entreprise. Perte de cohésion, mauvaises décisions ou prises de position, choix inadaptés ou non assumés… la palette de problématiques engendrées est large.

Alors, comment faire ?

L’assertivité commence par soi-même !

Osez avancer et progresser ! Pour développer son assertivité, il faut en effet sortir de sa zone de confort et prendre peu à peu le « risque » d’évoluer. En d’autres termes, il faut se mettre au défi soi-même.

S’affirmer en développant sa confiance en soi

La confiance en soi est un préalable indispensable à l’assertivité. Par où commencer ? 

  •  Clarifiez vos envies et vos besoins. Plutôt qu’attendre, prenez-vous en main et soyez acteur du changement que vous désirez.
  • Listez vos qualités et tous les points positifs que vous pouvez entendre sur vous. Relisez-les tous les jours, en le complétant chaque fois que nécessaire.
  • Fixez-vous des objectifs SMART, pour vous-même d’abord, notamment pour vous pousser à oser, sans pour autant vous sentir en danger. Petit à petit est souvent le meilleur compromis. Et n’oubliez pas de travailler sur votre mental avant, pendant et après la réalisation de vos objectifs.
  • Encouragez-vous – à haute voix si possible – en énonçant vos objectifs toujours de façon positive, au présent et au futur.
  • Visualisez-vous ou imaginez-vous en train d’atteindre vos objectifs.
  • Félicitez-vous à chaque étape atteinte. Faites de la pensée positive et de la force mentale vos meilleurs atouts !

La pensée positive et la force mentale sont des ressources déjà présentes en nous. Pour apprendre à les exploiter, on peut s’appuyer sur certaines techniques fondées sur la visualisation et la suggestion mentale. Par exemple : hypnose, sophrologie, préparation mentale.

L’assertivité passe par une communication sincère et authentique

Pour améliorer son assertivité, l’écoute est souvent la première qualité à travailler. En effet, écouter activement, avec neutralité, vous permet d’instaurer de la confiance avec vos collaborateurs. Prenez donc l’habitude de laisser les autres s’exprimer complètement sans leur couper la parole.

Par ailleurs, soyez « vrai » dans vos échanges. Posez-vous la question de ce que vous pouvez accepter ou non et respectez vos limites. Savoir dire non avec bienveillance est impératif et salutaire quand on manage. Pour vous y aider, notez ou rappelez-vous les inconvénients à donner un « oui » non désiré ainsi que les bénéfices à opposer un « non » affirmé et réfléchi. Vous pouvez aussi opter pour une réponse intermédiaire, du type « je vais réfléchir ».

Enfin, assurez-vous d’avoir bien compris l’échange. Pour cela, posez des questions, en particulier des questions ouvertes, et n’hésitez pas à reformuler.

Comprendre, accueillir et gérer ses émotions

Comment la gestion des émotions influe-t-elle sur l’assertivité ? Une émotion est une énergie qui transporte de l’information. C’est un signal que votre corps vous envoie pour vous informer, vous faire réagir à une situation et vous aider à prendre une décision. Notre culture nous apprend souvent à nier nos émotions, notamment par le contrôle de leurs manifestations physiques. Par exemple, on ne pleure pas devant les autres, on ne crie pas… Certes, cela peut sembler cohérent pour vivre en société. Toutefois, une émotion négative doit pouvoir être accueillie et reconnue comme telle. C’est essentiel pour vous permettre de passer à autre chose et donc d’avancer. Sinon, cette émotion négative va rester ancrée en vous. À la longue, cela peut provoquer des comportements inadaptés au plan professionnel : accès de colère, impatience, stress et énervement…  Ce qui, bien évidemment, aura un impact négatif sur les relations avec votre équipe et risque de provoquer des dysfonctionnements au sein de l’entreprise. D’où l’importance de savoir accepter et utiliser sereinement ses émotions.

Mais comment faire ?

  • La méditation permet de prendre conscience de ce qui se passe à l’intérieur de soi. Elle est l’une des clés pour évoluer sur la connaissance de soi.
  • De nombreux exercices de respiration peuvent vous aider à gérer vos émotions négatives. Quand on est sous pression, contrarié ou en colère, on respire mal. Notre cerveau « réactif » prend les commandes et cela devient quasi impossible d’écouter l’autre dans de bonnes conditions. D’ailleurs, ne dit-on pas souvent, « laisse-moi respirer » quand on sent la pression monter ?
  • On peut aussi exprimer ses émotions négatives physiquement dans des circonstances appropriées. Par exemple : faire du sport (course à pied, boxe…), crier dans un endroit désert, s’apaiser au contact de la nature…

À vous de déterminer qui vous convient le mieux !

Avec une meilleure compréhension de soi, une bonne gestion de ses émotions et une plus grande capacité d’écoute, l’assertivité devient de plus en plus naturelle. De nombreuses formations, du coaching et de l’accompagnement en groupe peuvent vous aider à progresser rapidement.

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.