Créer son site web soi-même : comment se lancer ?


Temps de lecture : 5 minutes
Share Button

Les différents confinements ont mis en lumière l’importance de posséder une vitrine digitale pour garder un lien avec une clientèle ou continuer ses ventes. Mais comment mettre ce type de projet en œuvre sans budget ou sans compétences en développement ?

Créer son site web soi-même

Depuis la crise sanitaire, les entreprises vendant produits et services ont bien pris la mesure de l’importance du digital pour leur commerce. Il en va en effet de leur survie. Et, si les grandes enseignes (avec plus de marchés et de moyens) possédaient déjà des sites, dans quelle mesure est-il plus important qu’avant, pour une PME, une TPE ou un indépendant, de disposer d’un site web ? Les enjeux se sont-ils accentués ? Sont-ils différents ? De nouvelles opportunités de développement se sont-elles présentées aux petites structures cherchant à s’adapter ? Stéphane Bataillard*, expert en conception de site, nous donne quelques éléments de réponse.

Changement de paradigme

Au printemps 2020, bon nombre de petites structures se sont vues dans l’obligation de créer leur site web en urgence. Rappelons qu’elles y étaient jusque-là plutôt réticentes, faute de temps, de formation ou encore pour des raisons budgétaires. Les circonstances les ont obligées à sauter le pas. L’objectif était de pouvoir maintenir, selon les secteurs, un minimum d’activité.

Nouveaux usages, nouvelles opportunités

Les circonstances ont en effet bouleversé les comportements d’achat et l’usage des moyens de communication. L’explosion de l’e-commerce et du télétravail en atteste. Travailler à distance est aujourd’hui banal. De même, une offre commerciale, quelle qu’elle soit, doit pouvoir être consultée en ligne.

De nouveaux défis

Cette révolution a engendré de nouveaux besoins : maîtrise accrue des techniques de conception de sites, autonomie, sécurité et acquisition de visibilité. Plus que jamais, ce sont les facteurs cruciaux de la réussite d’un projet web. La satisfaction de ces besoins permet au dirigeant de TPE/PME ou au travailleur indépendant de pouvoir se consacrer au développement de son activité avec sérénité et de mieux supporter des situations de crise comme celle que nous avons vécue.

Formation : E-commerce, appréhender la stratégie web et les tendances

Une technique à portée de main

Pour les non-spécialistes, un projet de site Internet signifie souvent se confronter à un certain nombre d’idées reçues. Tout l’aspect technique qu’il englobe semble inaccessible aux néophytes et c’est bien ce qu’il faut changer. L’importance d’une présence digitale n’étant plus à démontrer, il faut maintenant comprendre de quoi on parle pour oser se lancer.

L’open source à la rescousse

Avant la crise, un investissement financier présumé conséquent, une apparente complexité technique, la peur du changement… pouvaient constituer autant de fausses bonnes raisons pour les TPE/PME et les indépendants de différer la création de leur site Internet. Les technologies, efficaces, existaient pourtant déjà. Faciles à mettre en œuvre, open source et pour la plupart bon marché ou gratuites, elles se sont avérées un recours salutaire.

Formations : Solutions open source, gestion de contenu, e-commerce, CRM

CMS et réseaux sociaux

Les principaux CMS du marché (WordPress, Drupal, Joomla !, PrestaShop…), ainsi que les outils en SAS (Shopify, Wix…) ont à cette occasion fait preuve de leur maturité. Associés à l’impact des réseaux sociaux, ils ont aussi montré qu’ils constituaient des atouts pour se développer. Parmi ces solutions, chacune présente des avantages en fonction de son domaine d’utilisation (e-commerce, blog…).

Formations : Créer un site web professionnel

Exigence professionnelle

Créer son site web est depuis longtemps à la portée de tous. Y compris pour ceux qui ne sont pas des professionnels du web. Malgré tout, il faut comprendre l’univers d’Internet et des sites. Ainsi, outre le fait d’acquérir un minimum de bagage technique pour pouvoir utiliser les outils, il est important de prendre en compte que créer son site web n’est pas une fin en soi, mais le début d’une aventure qui peut transformer le modèle économique d’une entreprise, si petite soit-elle.

Faut-il nécessairement être informaticien pour créer son site ?

Nul besoin d’être informaticien pour créer son site web. Mais il est nécessaire d’acquérir un minimum de connaissances. Comprendre le fonctionnement d’un outil stratégique pour l’entreprise est en effet déterminant. Cela rassure le dirigeant et l’aide à faire ses choix.

Ce qu’il est impératif de savoir pour créer son site

Il est question ici de savoir comment se stockent des données sur un serveur (comprendre les formules d’hébergement), savoir naviguer un minimum dans un back office… mais pas seulement.

Savoir identifier le rôle tenu par chaque langage ou technologie, être capable de comprendre celui endossé par le site dans un dispositif de communication globale et intégrer les enjeux liés à la sécurité, sont les éléments clés. Ils permettront de comprendre comment intégrer cette nouvelle vitrine digitale au cœur d’une stratégie de communication.

Ce qui est déterminant…

Un chef de TPE/PME ou un indépendant doit plus qu’un autre être capable de procéder au choix pertinent pour bien dimensionner son dispositif en fonction des capacités et des besoins de son entreprise. Doit-il choisir un prestataire pour réaliser son site ? Si oui, selon quels critères (budget, agence ou indépendant, cahier des charges, planification du projet, suivi…) ?

Doit-il se former et réaliser son site lui-même ? Doit-il, s’il le peut, embaucher quelqu’un pour s’en occuper ? Comment le site va-t-il acquérir de la visibilité ?

Il faut retenir qu’un site nécessite différentes compétences. Choisir un modèle de développement, c’est avoir conscience que derrière ce futur site se cachent des besoins en développement web, référencement, rédaction web, graphisme, community management (pour les stratégies cross-canal), etc.

Une transition numérique accélérée

Lors de la crise sanitaire, ces questions se sont posées de manière cruciale aux chefs d’entreprise. Ils devaient en effet trouver des solutions pour s’adapter au nouveau contexte. Alors qu’auparavant il était dans certains cas possible d’esquiver ces questions avec un bon réseau de clientèle, l’isolement dans lequel certaines petites structures se sont brutalement retrouvées les y a confrontées.

Formation et accompagnement

Se former et se faire accompagner a constitué la réponse à ces questions. Se former permet de réaliser ce qu’induit pour une petite structure la mise en place d’un dispositif numérique. Ce qui constitue le cœur du problème. S’adapter a avant tout consisté à accepter de prendre de recul pour envisager sereinement une remise en cause de son modèle économique. Et le projeter, souvent à rebours des idées reçues (c’est trop compliqué, trop cher, ça prend trop de temps…), dans une autre dimension.

Prise de recul salutaire

En cela, les différentes périodes de confinement ont été salutaires. Elles ont de fait permis aux chefs de TPE/PME et indépendants de prendre le temps nécessaire à cette prise de recul. C’était également l’occasion parfaite de prendre le temps de se former, de comprendre et d’assimiler. Ce que peu envisageaient ou étaient en mesure de faire auparavant. Et par là-même de s’ouvrir à de nouveaux horizons.

Pour les structures qui ont osé affronter ces problèmes en réagissant au moment opportun (c’est-à-dire au début de la crise), cette transformation digitale accélérée a été vitale. Elle leur a non seulement permis de surmonter une crise inédite, mais aussi de se préparer à l’avenir. De plus en plus de TPE/PME sont équipées en numérique et ont mis en œuvre ces projets cruciaux pour leur survie.

Quelques chiffres, d’après le baromètre France num 2021

  • 66 % des entreprises interrogées ont un site Internet présentant leur activité, hors réseaux sociaux. Elles étaient 37 % avant la crise, soit un bond de +29 points.
  • 43 % possèdent une plateforme d’échange de documents en ligne entre collaborateurs. Elles étaient 17 % avant la pandémie, soit un gain de +26 points.
  • 29 % ont recours au référencement payant sur Internet. Elles étaient 15 % avant la crise de la COVID-19, soit une évolution significative de +14 points.
  • 33 % utilisent des outils de collaboration professionnelle. Elles étaient 21 % avant l’épidémie, soit +12 points.
  • 20 % ont leur propre site Internet marchand de vente en ligne, contre 9 % avant la crise, soit une progression de +11 points.

Ces différents chiffres montrent bien que se lancer dans un projet digital est à la portée de tous et surtout une initiative prometteuse pour les entreprises de toutes les tailles. Quelles que soient votre envergure, votre ambition et vos compétences, un site Internet est envisageable à la condition d’y consacrer l’investissement (temps, préparation, budget) adéquat.

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.