Stress d’un collaborateur ou d’un manager : comment gérer la situation ?


Temps de lecture : 4 minutes
Share Button

Au sein de l’entreprise, le stress d’un collaborateur peut non seulement avoir un impact sur son quotidien professionnel mais aussi perturber le travail de toute une équipe. De quels moyens d’action dispose le manager pour aider ses équipes à surmonter le stress ? Comment réagir quand c’est le manager qui stresse ? Sandrine Bertrand*, formatrice en communication, management et développement personnel, nous livre ses conseils pour triompher du stress.

Comment gérer le stress d'un collaborateur ?

Réaction normale de l’organisme face à une situation perçue comme dangereuse, le stress est à l’origine une forme d’énergie. Tout l’enjeu consiste donc à utiliser positivement cette force dans toutes les situations qui peuvent déclencher du stress : l’imprévu, la nouveauté, l’ego menacé ou la perte de contrôle.

Dans le contexte actuel, force est de constater que chacun est mis à rude épreuve. En effet, le COVID-19 réunit à lui seul presque tous ces facteurs déclenchants. Alors, comment accompagner au mieux un collaborateur qui se sent dépassé par les événements ?

Le collaborateur a-t-il conscience de son propre stress ?

Première étape : comprendre. Comment le collaborateur perçoit-il son propre stress ? Il peut en avoir conscience ou, plus probablement, ne pas s’en rendre compte. La première attitude face à son propre stress est souvent le déni. De plus, l’émergence du stress peut être lente et plus ou moins flagrante. Il est parfois compliqué d’identifier précisément les répercussions que le stress d’un collègue peut avoir sur toute une équipe. Cela peut être d’autant plus difficile et sournois, dans les situations récentes et souvent nouvellement vécues, comme le télétravail ou la mise en place d’un flex office. Autant de bouleversements simplement inquiétants pour certains, très anxiogènes pour d’autres. Sans compter ce sentiment d’essoufflement généralisé face aux contraintes imposées par la pandémie.   

Les signes du stress

Pourtant, certains signes ne trompent pas, comme la négativité, les maux de tête et de dos fréquents, diverses tensions physiques ou encore un comportement péremptoire et/ou agressif. Une équipe réceptive au stress d’un collègue verra poindre une mauvaise humeur générale, plus de difficultés de concentration, moins d’enthousiasme dans les tâches à accomplir ou encore de l’irritabilité. La cohésion d’équipe s’atténuera, laissant davantage de place aux scissions, mais aussi au stress du collaborateur.

Il est donc important de comprendre ce stress pour l’endiguer au maximum et garder un bon esprit d’équipe, bénéfique pour le travail comme pour le bien-être de chacun.

Quelle stratégie de gestion du stress ?

Qu’on soit le manager du collaborateur stressé ou simplement son collègue, la priorité est de se préserver. Certaines attitudes managériales peuvent produire des effets bénéfiques pour réduire l’impact du stress sur l’équipe. 

Relativiser et positiver

D’une manière générale, pour désamorcer, on peut :

  • positiver, chercher toujours le moindre indice constructif qui peut aider à avancer ensemble dans la bonne direction ;
  • travailler sa créativité, pour être à même de proposer d’autres options, d’autres idées pour mieux vivre la situation ;
  • gérer ses émotions, respirer profondément et prendre du recul, pour éviter de réagir sous le coup de l’agacement ;
  • rire, tourner certains aspects en dérision tout en ménageant les susceptibilités ;
  • booster son mental en relativisant, protéger ainsi son humeur et sa joie de vivre ;
  • lâcher prise, accepter de ne pas avoir le dernier mot.

Pistes de formation :  Manager : apprenez le lâcher-prise !Maîtriser ses émotions pour être plus efficace

Communiquer

Un autre axe de travail concerne le rapport humain. Il faut exprimer de façon claire ce qui pose problème. La communication reste le meilleur moyen de concentrer les efforts sur la compréhension plutôt que le jugement. L’idée, c’est d’ouvrir le dialogue, faire preuve d’empathie, demander en quoi l’on peut aider, se montrer assertif en exprimant les difficultés que le stress génère chez soi.

La communication NonViolente (CNV) répond à ces besoins. On y retrouve le concept d’écoute active qui favorise des dialogues apaisés et constructifs. En effet, le besoin de sécurité psychologique dans le cadre professionnel passe essentiellement par le fait de se sentir écouté et soutenu par son manager, ainsi que par l’équipe.

Pistes de formation : Renforcer sa bienveillance avec la Communication NonViolenteDévelopper son empathie avec la Communication NonViolente

Du côté du manager, la bienveillance est de mise. Sans perdre de vue les objectifs et la productivité, il doit manager par la personne, plus que par l’équipe, en se montrant soucieux de chacun. Autrement dit, adapter son style de management aux besoins et à la personnalité de chaque collaborateur. En exprimant sa reconnaissance, il favorisera la confiance en soi de ses collaborateurs.

Accompagner avec justesse

Le manager dispose de plusieurs leviers d’action pour permettre à son équipe de « décharger » le stress accumulé.

Pour l’ensemble de l’équipe, il devra :

  • traiter les collaborateurs équitablement ;
  • instituer des programmes de mieux-être et de santé au travail ;
  • prendre le stress au sérieux ;
  • réfléchir à une organisation du travail qui permet à chacun de remplir ses objectifs.

À l’égard du collaborateur stressé, il faudra :

  • être attentif aux signes de stress ;
  • instituer des moments d’équipe pour renforcer la cohésion ;
  • clarifier les attentes liées au travail.

Penser à la formation

Le manager et les membres de l’équipe peuvent également demander la mise en place d’ateliers sur la gestion du stress. Ou même opter pour une formation en gestion du stress. Ce type d’ateliers ou de formations permettent de découvrir de nombreux outils pratiques et d’apprendre à les utiliser en toute autonomie. C’est le cas, par exemple, avec la formation Gérer son stress.

Sur le même sujet : Gestion du stress : quels outils face aux nouveaux enjeux ?

Le manager stressé, facteur de stress pour son équipe

Il existe un cas de figure particulier mais non négligeable : le manager stressé. En transmettant son stress à son équipe, il peut entraîner une baisse de performance.

Un manque de reconnaissance ?

J’invite les collaborateurs à chercher à le comprendre, plutôt qu’à le juger. Le manager rend des comptes, répond à des ordres et remplit des objectifs. Le plus souvent, à travers son équipe. Un manager stressé manque sans doute aussi de reconnaissance. De la part de sa propre hiérarchie, mais peut-être aussi de la part de son équipe. Or, la reconnaissance est un des moteurs de la confiance en soi, y compris pour les dirigeants et les managers.

Assertivité

Quand c’est le manager qui stresse, l’équipe doit de se positionner de façon assertive pour lui exposer les difficultés qui découlent de cette situation.

Découvrez toutes les formations sur le thème de l’assertivité

Exprimer le malaise, c’est lui permettre de comprendre qu’il entrave le bon fonctionnement de l’équipe et ses performances globales. Raisonnant souvent en termes d’objectifs, le manager devrait accueillir favorablement ce type de démarche axée sur la communication. Et peut-être trouver un moyen de transformer la pression en levier d’efficacité, autrement dit en « bon » stress.

En définitive, face au stress d’un collègue ou d’un manager, il est important d’être à l’écoute de la détresse éventuelle et de montrer du soutien. Quelle que soit la position hiérarchique, la bienveillance et la reconnaissance professionnelle sont des aspects essentiels de la relation de travail. Chaque collaborateur dispose d’un outil précieux : communiquer sur les difficultés qu’il engendre.

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.