Web mobile : quelle stratégie de contenu ?


Temps de lecture : 5 minutes
Share Button

Les internautes consultent désormais vos contenus bien plus depuis leur smartphone que sur leur ordinateur. Leurs attentes et comportements sont-ils identiques sur tous les appareils ? Qu’en conclure pour votre stratégie de contenu et votre communication web mobile ? Explications de Françoise Landuré*, experte en communication écrite.

communication web mobile

La part des contenus lus sur mobile (smartphone ou tablette) augmente chaque jour. En 2015, la navigation web sur mobile a dépassé celle réalisée sur desktop (ordinateur de bureau). En 2019, selon Médiamétrie, les Français passaient chaque jour en moyenne 35 minutes sur un ordinateur et 75 minutes sur un mobile. Chez les 15-24 ans, 6 utilisateurs sur 10 se servent exclusivement d’un smartphone pour surfer sur Internet.

Que ce soit pour communiquer, trouver des prospects, vendre ou fidéliser, ces nouveaux usages influencent le choix des équipements, les modes de lecture et d’échanges avec les mobinautes.

Il devient donc incontournable d’adapter la conception des médias Internet et de leurs contenus à ces nouveaux usages.

Adapter sa stratégie de contenu au web mobile

Notre smartphone nous accompagne partout. Nous l’utilisons dans toutes les situations de la vie quotidienne. Nous y effectuons des recherches et en attendons des réponses instantanées. Notre mobile nous permet de combler les temps d’attente. Il nous sert également à rester en contact en continu avec notre réseau. Nous envoyons des photos, partageons des vidéos… Il y a donc place pour des contenus variés, soit utiles dans l’instant (informatifs, professionnels…), soit purement divertissants (culturels…).

Pour concevoir des contenus pertinents pour le mobile, il faut se mettre dans la peau de l’utilisateur, se demander quels contenus sont le plus susceptibles d’être recherchés dans un contexte de mobilité. Ainsi, sur des thématiques comme la météo, les recettes, le sport et la mode, les recherches sur mobile sont majoritaires. On peut s’aider d’outils pour s’informer sur la nature du trafic mobile, comme la Google Search Console.

Rédiger pour le web mobile

La lecture sur mobile se distingue de celle sur ordinateur. Sur mobile, la taille de l’écran est réduite. Les mobinautes sont dans l’immédiateté. D’où l’importance d’appliquer des pratiques rédactionnelles spécifiques.

L’essentiel au premier regard : comme sur un ordinateur, l’espace visible au-dessus de la ligne de flottaison est crucial. C’est ce que voit le mobinaute avant de faire défiler l’écran vers le bas. Sur mobile, il faut être particulièrement sélectif. L’internaute doit y trouver une solide accroche ou les informations essentielles de la page.

Un titre court et percutant : pour un titre mobile-friendly, ne dépassez pas trois lignes. Vous pouvez jouer la complémentarité entre un titre percutant et un sous-titre plus explicatif. Pour une image qualitative, évitez le clickbait, c’est-à-dire l’usage de titres racoleurs incitant au clic.

Des réponses brèves et précises : les mobinautes privilégient les contenus courts, autrement appelés les snacks contents. Ces microcontenus se limitent à 300 mots et leur lecture ne dépasse pas 2 minutes. Pour des articles plus longs, la hiérarchisation est cruciale. Structurez votre texte en de nombreuses sections et sous-sections. Répondez à la question posée dès le premier paragraphe. Donnez les détails dans les suivants. Développez une seule idée par paragraphe et limitez-vous à un écran pour chacun d’eux. Rédigez des phrases courtes et simples.

Des listes à puces : une fois passés le titre et les premières phrases, le mobinaute adopte une lecture en diagonale. Mettre certains mots en gras permet d’attirer son attention. Du fait de la construction verticale des sites mobiles, ce balayage s’effectue de haut en bas. Les listes à puces ont pour avantage de mieux retenir le regard du lecteur.

Des contenus vidéos : la vidéo est le premier format consulté sur Internet, notamment sur mobile. Offrez-lui une large place.

Penser au confort de navigation sur mobile

En communication, la forme est indissociable du fond. L’ergonomie d’un site web mobile doit s’adapter pour préserver le confort d’utilisation, capter et retenir l’utilisateur.

Une colonne unique : l’affichage en plusieurs colonnes nuit à la lisibilité sur mobile. La mise en page en une seule colonne est donc largement adoptée. Le fait qu’elle augmente la longueur des pages n’est pas pénalisant car les internautes sont désormais habitués à scroller. Cette mise en page devient même tendance sur les versions desktop.

Des liens espacés : sur mobile, un doigt trop épais ou maladroit peut entraîner des clics non désirés. D’où l’importance de bien aérer les liens ou, lorsque cela est possible, de remplacer les liens textes par des boutons graphiques.

Une police lisible : pour le mobinaute, les conditions de lecture ne sont pas toujours optimales. Il peut être à l’extérieur, dans les transports… La taille de caractères conseillée est de 16 pixels minimum. Si vous optez pour une police Sérif, augmentez les interlignes. Privilégiez une typographie confortable et adoptez un contraste suffisant entre votre texte et le fond.

Des visuels adaptés : si une page web se charge trop lentement, l’internaute risque de quitter votre site avant même d’avoir lu votre première ligne. Or, en connexion mobile, la limite d’utilisation des données est plus basse que sur ordinateur. Il faut donc utiliser des images compressées, dans des dimensions et des formats adaptés : JPG pour les photos ou images largement colorées, PNG pour les images simples.

Les pop-ups proscrits : Les utilisateurs sont irrités par les pop-ups, d’autant plus envahissants sur mobile. Ils peuvent également vous pénaliser en termes de référencement. Limitez-vous aux pop-ups obligatoires (gestion des cookies…).

Satisfaire l’index Mobile First

Avec l’apparition de l’index Mobile First de Google, c’est la version mobile d’un site Internet qui est prise en compte dans les critères de référencement naturel. Les sites conçus d’abord pour les mobiles sont donc mieux référencés. Trois critères s’ajoutent aux bonnes pratiques précédemment énumérées.

Des expressions clés adaptées aux requêtes textuelles et à la recherche vocale

Sur mobile, la barre de recherche Google est plus petite. Les utilisateurs vont droit au but et écrivent des requêtes plus courtes. La liste des premiers résultats est également plus courte. Il convient donc de prévoir l’optimisation d’expressions clés plus courtes.

Cependant, la recherche vocale se développe fortement. Les requêtes sont alors précises et formulées sous forme de questions. Au-delà du mot-clé principal d’un article, il faut donc s’appuyer sur les mots-clés secondaires ou longue traîne (mots-clés plus descriptifs et moins « compétitifs »).

Une stratégie de référencement efficace sur mobile doit concilier ces deux approches.

Des contenus locaux

97% des mobinautes ont utilisé au moins une fois Google pour trouver une entreprise proche de leur localisation. Vous gagnerez donc à développer des contenus sur des sujets locaux, qu’il s’agisse d’articles, de photos, de vidéos ou d’infographies. Des outils comme Google Trends vous indiquent ce qui est recherché dans votre périmètre géographique.

Des balises meta soignées

Google présente aux internautes les sites Internet les plus pertinents par rapport à leurs requêtes. Vos métatitres et métadescriptions doivent donc être pensés pour apporter le plus de réponses possible à vos utilisateurs potentiels. En version mobile, les longueurs de champ sont plus courtes qu’en version desktop : environ 78 caractères pour la balise title et 300 pour la balise description. À nuancer toutefois car c’est la largeur en pixels qui est prise en compte et non le nombre de caractères. 

Répondre à des usages différents grâce au responsive design

Depuis l’explosion de la navigation web sur mobile, le webdesign s’est adapté. Le responsive design ajuste la disposition d’un site web selon la grandeur de l’écran de l’utilisateur. Mais pas seulement. Des solutions avancées permettent désormais de générer des contenus différents en fonction des priorités : certains modules n’apparaissent que sur desktop, d’autres uniquement sur mobile. Ou encore, l’ordre d’apparition des modules peut être différent entre desktop et mobile. De quoi plaire à vos utilisateurs… et à Google.

Une stratégie de contenus idéale consiste également à associer des articles de fond (1000 mots ou plus) à des contenus plus courts et divertissants (destinés, eux, à être partagés sur les réseaux sociaux). Cette diversité de contenus permet de répondre aux différentes utilisations que font les internautes de leurs appareils tout en valorisant l’image de votre entreprise.


Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.