Les 7 bonnes pratiques de la digitalisation du management 1


Temps de lecture : 3 minutes
Share Button

La digitalisation provoque un vrai tsunami dans nos habitudes de travail ! Impulsée par les innovations technologiques, elle est d’ailleurs qualifiée de 4e révolution industrielle. Les entreprises doivent s’y adapter, il en va de leur pérennité. C’est en effet une question de survie, car la mondialisation exige, outre l’innovation, l’agilité pour saisir les opportunités dès qu’elles se présentent. La crise sanitaire en a accéléré les effets, imposant aux managers de respecter plus que jamais de bonnes pratiques de digitalisation. Marie Desplats*, consultante en innovation managériale, nous en parle.

management digitalisation - ORSYS

Un des premiers changements imposés par la digitalisation concerne les frontières physiques de l’entreprise. Elles sont progressivement remises en question, le télétravail étant la première étape de cette transformation. Pour les salariés qui sont en perte de repères, c’est une période difficile à vivre, souvent douloureuse, car anxiogène. C’est pourquoi la transformation digitale ne peut réussir que si elle est accompagnée par les managers. Un préalable néanmoins : la posture demande d’être ajustée avec des pratiques qui ne cessent d’évoluer en même temps que la transformation digitale. Management et digitalisation : c’est une évolution simultanée. La crise sanitaire en a profondément ancré de nouvelles, en voici sept :

1. Insuffler la culture digitale

Le manager est en première ligne pour entendre et apaiser les contestations, les doutes, les réticences des équipes et faciliter la communication. Plus que jamais, les salariés sont en quête de sens et le manager est celui qui explique le pourquoi, qui donne du sens à la transformation et qui aide à ce que chacun se sente concerné et s’engage.

2. Donner de l’autonomie et aller vers l’auto-organisation

Dans un contexte où les frontières du travail deviennent de plus en plus floues, le manager devient l’animateur d’une communauté. Il doit avant tout fédérer autour de la confiance, la transparence et l’agilité.

3. Développer le travail collaboratif

Les outils numériques permettent à  l’entreprise de se transformer en véritable laboratoire collaboratif. Pourtant, seuls, ils ne suffisent pas. C’est le manager qui contribue à l’émergence de l’intelligence collective, à travers le partage du savoir et des compétences, le travail en équipe tout en valorisant les initiatives individuelles et collectives avec équité et transparence.

4. Placer l’expérience utilisateur des employés (Employee eXperience, EX) au centre du management

Si l’on considère les membres de l’équipe comme les « clients » du manager, celui-ci doit les traiter en conséquence. Il prend en considération les retours d’expérience, qu’ils s’agissent des rapports humains, du travail en équipe ou de la qualité technique des équipements et des outils mis à disposition pour travailler. Pour mener à bien ce travail d’analyse et de traitement des dysfonctionnements, le manager ne crée aucune hiérarchie entre les métiers des équipes qu’il accompagne et veille à montrer l’implication de l’entreprise à travers des preuves matérielles concrètes.

5. Management et digitalisation : pratiquer le « test and learn »

Au manager de favoriser l’expérimentation, avec son lot d’essais, d’erreurs et d’ajustements, pour augmenter graduellement les compétences de chacun. Cela lui demandera, peut-être, de sortir de sa zone de confort, mais il se rendra vite compte que c’est une démarche nécessaire dans l’environnement actuel.

6. Adopter un management bimodal

Selon le cabinet Gartner, l’IT bimodale est « une pratique consistant à gérer deux modes séparés et cohérents d’IT ». Par analogie, Paul Heilbronner, DRH de Tofane Global, propose d’appliquer le terme bimodal au management. Il s’appuie sur le fait que, au sein de l’entreprise, deux approches coexistent : celle des digital natives, familiers depuis leur enfance des nouvelles technologies et celle des salariés pour qui Internet n’est devenu une réalité quotidienne qu’il y a deux décennies. Pour concilier ces différents rapports à la technologie, le management doit favoriser le « pairing »  en conservant le meilleur de chaque culture générationnelle. Voici une belle opportunité de partager savoirs et savoir-faire dans une logique d’ouverture.

7. Installer une ambiance joyeuse au sein de l’équipe 

Et si le manager faisait du plaisir au travail un levier de performance ? Selon des recherches menées par Michael J. Tews, professeur à l’Université Penn State aux États-Unis, les employés travaillant dans des environnements de travail « funs » seraient plus enclins à essayer de nouvelles choses et moins stressés vis-à-vis des erreurs qu’ils pourraient commettre.

C’est une certitude, la révolution du monde du travail est en marche. Même si l’on a encore des difficultés à en mesurer les effets, les nouvelles technologies ont un réel potentiel pour améliorer le quotidien des salariés. Une fois assimilées, elles permettent une meilleure organisation des tâches et, par conséquent, des gains de ce temps si précieux derrière lequel tout un chacun court sans cesse, mais ce n’est pas encore le cas. Management et digitalisation ont leurs lots de défis et d’opportunités, encore faut-il bien les concilier. Les managers l’ont pour la plupart compris, même s’il reste encore quelques réfractaires. Dans ce même ordre d’idée, pourquoi ne pas profiter de ce contexte d’appropriation du digital pour s’appuyer sur l’appreciative inquiry et ainsi imaginer avec les équipes quel est le management souhaité et attendu dans ce nouvel environnement digital ? On en parle la prochaine fois !


Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Les 7 bonnes pratiques de la digitalisation du management