Télétravail : de la QVT à la « qualité de vie à domicile » 2


Temps de lecture : 4 minutes
Share Button

Quels leviers pour rendre le télétravail vraiment efficace pour l’entreprise et le collaborateur ?

teletravail - ORSYS

Récemment interviewée sur les formations au télétravail, notre formatrice-partenaire Sylcie Chuffart* abordait la question des conditions nécessaires à sa réussite. La Rédaction ORSYS a voulu en savoir plus et l’a interrogée plus avant pour vous.

Sylcie anime des formations au télétravail depuis plus de sept ans chez ORSYS. Celles-ci ont bien évidemment beaucoup évolué cette dernière année, tant au niveau de l’appropriation des outils, de l’impact sur la communication que de l’équilibre vie privée/vie professionnelle.

Qu’est-ce qui a le plus changé selon vous sur la question des outils de travail à distance ?

J’ai pu constater une accélération de la mise à disposition des outils informatiques pour les salariés. Cela représente un réel coût pour les entreprises. Elles ont dû agir dans la précipitation et fournir un minimum de matériel. Entreprises et télétravailleurs se sont accommodés du matériel (parfois peu adapté comme en témoignent l’absence de caméras sur les PC, les micros bloqués, ou les problèmes de débits trop lents en  raison de connexions insuffisantes) et accepter la distance tant bien que mal.

Vous mettez toujours en avant la nécessité de travailler la communication non verbale et l’écoute, pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

Cette écoute, je l’appelle « l’écoute de la distance », je la connais bien étant moi-même  malentendante d’une oreille ! Il s’agit d’entendre, de traduire ce qui est dit par les silences, par les accélérations verbales. C’est aussi comprendre « l’état d’âme » de l’interlocuteur sans être intrusif et pour finir, c’est se déprogrammer de la communication classique pour se reprogrammer sur d’autres ondes de communication. Ceci se travaille par du développement personnel : c’est apprendre à se canaliser à un moment précis, au moment présent.

Pour maintenir ou développer l’équilibre vie privée/vie professionnelle, pourriez-vous nous donner :

3 astuces pour les collaborateurs pour mieux vivre le télétravail 

  • Arrêter sa messagerie 20 min avant de déjeuner et avant de fermer son PC en fin de journée.
  • RANGER son ordinateur professionnel, dans une sacoche par exemple, (c’est un intrus dans la maison !). Surtout qu’il ne soit plus dans un champ visuel.
  • Se trouver, se donner un temps de décompression, un sas, entre la fermeture de son PC et le moment de passer aux devoirs des enfants, préparer le dîner ou autre.

3 bonnes pratiques pour les managers d’équipe en télétravail 

  • Faire confiance à son équipe.
  • Faire travailler ses équipes en binôme ou trinôme et nommer un interlocuteur tous les mois.
  • Être à l’écoute et rester humble (valable aussi en présentiel bien entendu) ! 

Et en mode hybride ?

C’est une invention formidable ! Je trouve que mélanger le présentiel et le distanciel donne une énergie supplémentaire… à condition que le manager soit dynamique : cela s’apprend et se travaille !vive les formations sur « La prise de parole » ou « Réussir ses entretiens et réunions à distance », etc.

Il est donc important de former et de se former, n’est-ce pas ?

Bien sûr ! Formez :

  1. Le formateur d’aujourd’hui, au-delà d’être en veille permanente, se doit de faire évoluer ses compétences, de pratiquer le format hybride, le distanciel, de partager entre pairs et d’innover. Nous sommes là pour transmettre à nos participants notre « savoir-faire terrain », d’où l’importance d’animer des formations en « intras », de comprendre les attentes et les besoins spécifiques des acteurs de la formations : RH, CODIR, managers, collaborateurs. J’invite les formateurs à suivre, eux aussi, des formations tout particulièrement sur l’axe du savoir-être en période complexe telle que cette pandémie. De plus, le formateur doit avoir une véritable « affection » pour les thématiques qu’il enseigne.
  • Les participants en télétravail : là aussi, il y a un « savoir-être » considérable à mettre en place surtout sur du long terme. Cette aptitude est négligée voire ignorée faute de connaissances sur le fonctionnement cérébral et comportemental en situation complexe et brutale d’un environnement imposé et traumatisant.

Depuis mars 2020, avez-vous observé un changement dans les échanges avec les participants aux formations ? Que vous disent-ils le plus souvent désormais ?

Je souhaite préciser que ce changement a impacté  les échanges avec les clients. Entre mars et octobre 2020, le télétravail a été un atout, un accélérateur de productivité pour les entreprises. Depuis le deuxième confinement, les télétravailleurs sont désorientés, fatigués, leurs vies privées chaotiques et ils ont donc une productivité sévèrement ralentie. Certaines entreprises réagissent vivement depuis ce mois de janvier 2021 et investissent dans la formation en développement personnel, car les risques psychosociaux sont à prévenir absolument.  Ces entreprises ont compris que le « savoir-être » du télétravailleur est en péril, et par ricochet la productivité en est impactée. Les managers, les responsables d’équipe ne savent plus comment agir : être directif ou « nounou » ? Se confier ou se méfier ? Où sont les limites de l’intrusion ? Il est urgent de remanier ses habitudes de communication, de comportement pour se reprogrammer sur un nouveau mode de communication à distance.

Aujourd’hui, les participants me disent qu’ils souhaitent avoir des outils pour mieux vivre et être plus efficaces en télétravail. J’ajuste leurs attentes avec un malin plaisir : ces outils, ce sont des « comportements ». Ils sourient tous, presque confus. L’humour est extraordinaire pour booster l’implication de nos participants.

Alors, en conclusion ?

En  conclusion, je dirais que l’axe de travail du collaborateur à distance (quel que soit son niveau hiérarchique) se porte sur le développement personnel. Les thématiques comme « Savoir Lâcher prise », « Cultiver sa prise de recul », « L’estime de soi », « L’assertivité », « Gestion du temps », « Améliorer son organisation personnelle » « Bien réussir dans son rôle de facilitateur, les meilleures techniques» et sont des formations que je qualifie d’indispensables : ce sont les fameux « outils » qui favoriseront leur équilibre de vie professionnelle et vie personnelle.


Lire/relire aussi : « Le télétravail, un atout pour la productivité »

Voir/revoir notre webinar : Le télétravail

Pour se former :

Sylcie CHUFFART, développer sa créativité - ORSYS

*Sylcie Chuffart

Après une carrière dans la communication événementielle, elle retourne vers sa vocation initiale (ancienne institutrice)  et se spécialise dans la formation professionnelle pour les jeunes et les adultes avec pour objectif de favoriser l’insertion sociale et professionnelle de toute personne en difficulté, ainsi que des handicapés. Elle bénéficie d’une expérience approfondie du développement personnel et de l’efficacité professionnelle. Elle est, par ailleurs, jury formateur professionnel d’adultes certifiée par le Ministère du travail.

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Télétravail : de la QVT à la « qualité de vie à domicile »

  • sylvie

    des règles négociées concernant le télétravail sont nécessaires car, dans le confinement récent , le télétravail n’est pas la panacée ! : il faut prendre en compte l’aménagement du poste de travail, l’inadaptation du matériel de télétravail ou du bureau à domicile qui peut engendrer des risques physiques (musculo-squelettiques, visuels, auditifs, électriques…) liés à leur mauvaise ergonomie ou à une installation défectueuse, des risques psychologiques sont aussi importants : perte des limites entre vie professionnelle et privée, il faut des mesures concertées sur la déconnexion … ! : « La prévention des risques du télétravail » : https://www.officiel-prevention.com/dossier/formation/fiches-metier/la-prevention-des-risques-du-teletravail