Crise sanitaire, entreprises en souffrance… peut-on agir ?


Temps de lecture : 5 minutes
Share Button
crise sanitaire et covid - ORSYS - covid-19

Il n’aura échappé à personne que le monde vit une situation exceptionnelle de crise sanitaire et économique. Pour tenter de faire face à la pandémie de Covid-19, de nombreuses entreprises françaises ont dû s’adapter. Soit en poursuivant leur activité coûte que coûte parce qu’elle est nécessaire, soit en ralentissant leur productivité, soit en la stoppant complètement. Ce ne sont pas des mesures anodines, ni pour la santé financière des entreprises, ni pour leurs salariés. Sylvie Thibault, experte ORSYS, brosse avec nous un portrait de la situation et donne quelques conseils aux entreprises pour préparer « l’après ».

Covid-19 et pandémie, quelle réalité pour les entreprises ?

Ce qu’il faut avant tout considérer, c’est qu’il est probable que le pays se retrouve dans une situation pire que celle de 2008, certaines entreprises risquent de ne pas se relever. Celles qui y parviendront sont celles dont la stabilité de leurs résultats est inscrite dans le temps, et qui font preuve d’une grande capacité à demeurer dynamiques et innovantes dans leur communication.

La question de la stabilité est évidente… en revanche, pourquoi la communication peut-elle jouer un rôle dans ce contexte ? Tout simplement parce que si l’entreprise ne s’inscrit pas dans un schéma communicationnel, cela entraîne moult questionnements pour les salariés et donc plus de mal-être (perte de l’emploi, organisation, salaires…). Or, dans ce contexte si particulier et très incertain du Covid-19, l’entreprise devrait justement penser à rassurer ses collaborateurs, prendre des mesures, dans ce sens, qui permettent la poursuite de leur activité.

Différents cas de figure

Il n’y a que trois cas de figures possibles pour les entreprises :

  • Les avant-gardistes
  • Les conventionnelles
  • Les techniques

Les avant-gardistes

Pour ces entreprises, le télétravail est déjà acté et pratiqué. Cela signifie que les outils et l’organisation ont déjà été testés auprès des salariés et qu’il existe un diagnostic de ce qui fonctionne ou pas. Le confinement n’est donc que le prolongement d’une politique déjà existante et qu’il faut conforter.

Les conventionnelles

Ce sont les entreprises pour lesquelles il est possible d’avoir recours au télétravail mais qui pourtant, ne l’adoptent pas en raison de leur « culture ». Pour certaines, dans les grandes villes, les grèves de cet hiver ont peut-être débloqué la situation et permis de développer la pratique du télétravail. Il s’agit donc d’élargir le champ des possibilités et d’œuvrer dans le sens d’une stratégie de télétravail qui permette aux salariés de trouver leurs repères. Pour celles qui doivent encore « sauter le pas », deux questions sont à se poser :

  • Quels sont les moyens qu’on se donne ?
    • Comment faire avancer les choses ?

Tout l’enjeu de cette transition réside dans la réactivité dont fait (ou a fait) preuve l’entreprise.

Les conventionnelles

Ce sont les entreprises pour lesquelles il est possible d’avoir recours au télétravail mais qui pourtant, ne l’adoptent pas en raison de leur « culture ». Pour certaines, dans les grandes villes, les grèves de cet hiver ont peut-être débloqué la situation et permis de développer la pratique du télétravail. Il s’agit donc d’élargir le champ des possibilités et d’œuvrer dans le sens d’une stratégie de télétravail qui permette aux salariés de trouver leurs repères. Pour celles qui doivent encore « sauter le pas », deux questions sont à se poser :

  • Quels sont les moyens qu’on se donne ?
    • Comment faire avancer les choses ?

Tout l’enjeu de cette transition réside dans la réactivité dont fait (ou a fait) preuve l’entreprise.

Covid-19 : un avant, un après

Passer d’une crise sanitaire à une crise économique ne doit pas empêcher d’envisager la situation sous un angle positif en prenant un « peu de hauteur ». Le confinement peut mener à des remises en question professionnelles et, peut-être aussi personnelles : quel mode de vie souhaite-t-on ?

Le relativisme est ce qui permettra de préparer au mieux « l’après » confinement. Certaines entreprises stoppées gardent un carnet de commandes qui ne demandera qu’à être exécuté à la fin du confinement. Pour les autres, il s’agit de se demander quelles seront leurs priorités :

  • La réduction des coûts
  • « Mettre les bouchées doubles »

La réduction de l’activité et de la consommation entraînera forcément un retour à l’essentiel. Il peut se traduire par retrouver du sens à son travail mais aussi par le constat que certains postes mériteraient d’être orientés vers une activité plus en adéquation avec les objectifs de l’entreprise.

Cette crise inédite pourrait alors permettre une transition à différents niveaux :

  • nouvelles activités professionnelles
  • nouvelles conceptions du monde
  • nouveaux modes de vie
  • retour à une présence de l’État plus importante dans les entreprises pour tendre vers un modèle moins mondialiste

S’il est inévitable que certaines entreprises déposent le bilan, il est toutefois capital de réaliser qu’un nouveau monde s’offre à tous et que l’opportunité nous est donnée de transformer certaines activités, certains objectifs pour correspondre davantage au monde que l’on souhaiterait voir émerger.

L’après confinement ne sera pas qu’une question de relance économique

Le Covid-19 fait la Une de toute l’actualité. Il en résulte une certaine forme de psychose qui pourrait avoir des conséquences difficiles à mesurer pour le moment.

Les entreprises devront en effet accepter le fait que la reprise de leur activité ne pourra pas se faire sans accompagner leurs salariés. Le seul objectif de productivité ne peut ni ne doit suffire à exiger l’efficacité des collaborateurs.

Il sera indispensable de se demander dans quel état d’esprit les gens retourneront travailler. Non seulement parce que le climat    anxiogène de l’actualité fait naître des comportements instinctifs difficiles à contrôler et générés par la sensation d’insécurité : peur, délation, méfiance, surveillance… mais également parce que cet impact psychologique peut s’avérer important. Les entreprises devront donc accompagner leurs salariés un minimum sur ces points :

  • une éventuelle discrimination envers ceux qui ont été touchés par le Covid 19
  • la prise en compte de ceux qui ont subi des pertes et dont le mal-être est à considérer

Il existe également d’autres aspects  de l’après-confinement à mesurer :

  • les difficultés financières de chacun : engendrées par la situation actuelle, elles rendront le salarié moins « disponible mentalement ou physiquement » pour l’entreprise -salarié qui aura besoin d’un accompagnement individuel ;
  • pour ceux qui auraient eu la possibilité de télétravailler, rompre l’équilibre (parfois plus confortable qu’avant) avec la reprise d’un rythme de travail « plus classique » pourra engendrer démotivation ou surexcitation et perte de repères.

Afin d’aider au mieux leurs collaborateurs, les entreprises pourront mettre en place différents dispositifs (cellules psychologiques, corporatisme (team buildings, soirées…)) mais, elles peuvent et doivent avant tout s’appuyer sur l’outil fondamental qu’est l’entretien annuel d’évaluation -qui prendra alors tout son sens après une crise comme celle que nous vivons.

Conclusion

Bref, à chaque entreprise sa situation. Elles ne sont pas toutes égales face à la crise sanitaire du Covid-19 et au ralentissement, voire l’arrêt, de leur activité. Néanmoins, les nouvelles perspectives engendrées par cette situation inédite restent un potentiel levier de glissement d’activité, de priorités… qui sont nécessaires à la construction d’une production en adéquation avec ces nouvelles préoccupations. Il convient également de ne pas déconsidérer l’impact psychologique d’un tel chamboulement dans les certitudes et les habitudes de vie de chacun. Entreprises : prenez le train de la transition !


Pour se former :

Sylvie Thibault - ORSYS *Sylvie Thibault, spécialiste du développement personnel. Avec un master en programmation neurolinguistique, elle accompagne et forme notamment au lâcher-prise.  Mais elle forme également en techniques de communication et management.

Risques psychosociaux, mettre en place une démarche préventive

Anticiper et surmonter les risques psychosociaux dans son équipe

Réussir le changement : stratégies gagnantes

Développer la Qualité de vie au travail

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *