Le télétravail, un atout pour la productivité 3


Temps de lecture : 4 minutes
Share Button
Le télétravail, un atout pour la productivité

Face à une situation de crise sanitaire sans précédent (coronavirus), le télétravail ne peut plus rester aujourd’hui cantonné au rayon « bien-être des salarié.e.s », il devient un enjeu majeur de santé publique, un moyen de continuer à travailler sans engager sa santé et celle de notre entourage pro et perso. Toutefois, en dehors du fait que le télétravail devient un impératif de vie, tous ses (autres) bénéfices liés à l’environnement de travail des salarié.e.s n’en demeurent pas moins superflus !

En effet, qu’ils travaillent en open space ou non, les salarié.e.s de toute entreprise sont concerné.e.s par la question de la concentration. Nécessaire à toute productivité, il faut savoir qu’elle est tout autant possible dans le calme et dans le bruit. Pour favoriser le bien-être de ses collaborateurs.trices et leur performance, l’entreprise est donc bien avisée de mettre les moyens nécessaires à la création d’un environnement qui lui est favorable. Formatrice ORSYS, Sylcie Chuffart* nous parle du télétravail comme solution pour favoriser la concentration.

Le problème : la concentration

Dans un environnement où tout va plus vite, de l’échange d’information à la technologie, chacun est sans cesse sollicité (bruit, technologie, médias…). L’entreprise en est une parfaite représentation : on y trouve donc toutes les sources de sollicitations du quotidien avec, en prime, l’injonction d’y répondre vite.

Les réunions, les appels, les collègues, les formalités administratives, les emails… sont autant de facteurs de déconcentration possibles pour un.e salarié.e. Mais ils ne sont pas les seuls. L’essor des technologies, des réseaux sociaux, etc. qui rendent la communication professionnelle et personnelle si facile en sont aussi. En effet, un.e salarié.e ne reste, en moyenne, concentré.e sur sa tâche que 12 minutes consécutives*. La faute aux notifications des téléphones pour la vie personnelle ou aux alertes de nouveaux e-mails (par exemple) au bureau. Mais l’un des facteurs les plus importants de déconcentration au travail est l’environnement. 

La collectivité : obstacle ou avantage à la concentration ?

La vie en collectivité doit, en principe, être stimulante. Socialement et intellectuellement, il est toujours enrichissant d’être entouré et d’interagir avec cet entourage. Car ce sont des échanges d’idées, parfois des solutions à des problèmes, souvent un regard neuf sur quelque chose de routinier pour soi, etc.

Néanmoins, cette même collectivité peut s’avérer envahissante. Le fait de travailler en open space ou dans de plus petits bureaux n’a, en fait, pas réellement d’incidence sur la difficulté de concentration que l’on peut parfois (ou souvent) rencontrer. Pourquoi ? Parce que dans un open space, bien que les passages soient, de fait, plus fréquents et qu’il y ait plus de monde, ils sont aussi propices à une autodiscipline qui permet un calme relatif. Mais dans les bureaux, c’est l’effet inverse. On a en effet tendance à noter que la configuration plus « intimiste » de l’espace rend la discrétion moins naturelle. La problématique de la concentration est donc moins une question d’environnement de travail qu’une question de comportements et d’organisation.

Ainsi, on rencontre un facteur prédominant de déconcentration : les collègues.

Comprendre les sources de déconcentration

Propice aux passages, au bruit ou un bureau en désordre, l’environnement, dans une faible proportion, est donc un facteur de déconcentration. Toutefois, le cas de figure le plus fréquemment rencontré est celui du fossé intergénérationnel entre les collègues.

C’est-à-dire que, selon les âges, les pièges de la déconcentration ne sont pas les mêmes. La différence majeure est le comportement face à un écran. Si les générations les plus jeunes n’ont aucun problème à rester concentrées sur un écran pendant plusieurs heures, ce n’est pas le cas des générations plus âgées qui peinent à passer 8h/jour dessus.

Les aînés préfèrent, en général, favoriser le contact humain : un passage dans le bureau du collègue qui peut se finir en conversation du quotidien, préférer poser une question à voix haute et en faire profiter tout l’open space… Tandis que les plus jeunes vont préférer répondre immédiatement à chaque message reçu (pro ou perso), la surconsommation d’informations via Internet et les réseaux sociaux (notamment par le fameux scrolling)… Ces deux profils sont difficilement conciliables si l’on souhaite une productivité au meilleur de ses possibilités – en effet, pour l’un comme pour l’autre, il s’agit de rester productif en étant doublement déconcentré. Il faut pourtant garder à l’esprit que le mélange générationnel et de personnalités est toujours bénéfique à l’entreprise.

Une solution : le télétravail

Alors pourquoi et comment le télétravail peut-il jouer un rôle sur la concentration des salarié.e.s ?

D’un point de vue opérationnel

les avantages du télétravail sont plutôt nombreux :

  • Une meilleure qualité de vie : moins de stress, moins de temps perdu dans les transports, meilleur équilibre vie privée/vie perso, cela produit un.e salarié.e plus disponible pour son travail.
  • Plus de productivité : le.a salarié.e est moins parasité.e par le bruit, les pauses entre collègues et a donc une concentration plus optimisée sur son travail.
  • Quand le.a collaborateur.trice est dans l’entreprise, la frustration générée par la déconcentration aura tendance à être plus assimilable puisqu’il.elle peut compenser avec ses jours en télétravail.
  • Le passage dans les locaux devient l’opportunité de concentrer les efforts collectivement et de manière plus efficace. La disponibilité moindre (du fait d’un télétravail partiel) rend alors l’effort collectif plus intéressant quand il est possible.

D’un point de vue managérial et stratégique :

  • Le développement de la confiance. L’entreprise se rendra en effet vite compte que le télétravail est un très bon moyen de booster un.e salarié.e. Lui laisser plus d’autonomie, c’est favoriser les initiatives et la confiance.
  • Le manager peut davantage répartir son attention sur ses collaborateurs.trices. Il peut alterner entre ceux qui sont en télétravail et ceux qui ne le sont pas pour se consacrer plus intensément aux télétravailleurs quand ils sont dans les locaux de l’entreprise.

Ainsi, le dynamisme au cœur de toutes les entreprises généré par l’époque actuelle entre en conflit avec le besoin de concentration de tout.e salarié.e. Si le.a collaborateur.trice dispose de quelques moyens de booster sa concentration à force d’exercices et de développement personnel, il n’en reste pas moins que son confort professionnel sera le meilleur atout de sa productivité. Au-delà de l’économie financière que le télétravail représente pour les entreprises, il est avant tout un atout pour le bien-être des salarié.e.s en leur offrant un environnement moins stressant et propice à cette productivité attendue par les entreprises.

Liste des formations :

Sylcie CHUFFART, développer sa créativité - ORSYS

* Sylcie Chuffart

Après une carrière dans la communication événementielle, elle retourne vers sa vocation initiale (ancienne institutrice)  et se spécialise dans la formation professionnelle pour les jeunes et les adultes avec pour objectif de favoriser l’insertion sociale et professionnelle de toute personne en difficulté, ainsi que des handicapés. Elle bénéficie d’une expérience approfondie du développement personnel et de l’efficacité professionnelle. Elle est, par ailleurs, jury formateur professionnel d’adultes certifiée par le Ministère du Travail.

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 commentaires sur “Le télétravail, un atout pour la productivité