Le langage visuel ou la facilitation graphique 2


Share Button
Le langage visuel ou la facilitation graphique

Quand on vous dit « langage visuel », que vous vient-il à l’esprit ? Probablement une notion un peu vague qui oscille entre mime et art abstrait. Pourtant, à l’instar de la mode des « bullet journal » qui fleurissent sur les réseaux sociaux, on note un goût de plus en plus prononcé pour la communication synthétique, créative et ludique. Et, contrairement à ce que l’on pourrait penser au premier abord, ce type de langage prend également son sens dans la sphère professionnelle. Alors, de quoi s’agit-il ? Isabelle Quesnel*, formatrice pour ORSYS nous explique ce qu’est le langage visuel.

Le langage visuel ou la facilitation graphique

En réalité, la facilitation graphique n’est pas un concept récent. Si le concept est de représenter simplement une idée ou une action, on peut alors considérer que les grottes de Lascaux recèlent déjà des trésors de langage visuel. Celui-ci n’est pourtant pas seulement du dessin dans son principe.

Le langage visuel (ou facilitation graphique) enseigné de nos jours est né en Californie dans les années 1970 lorsque David Sibbet s’est rendu compte que l’on réfléchissait mieux en dessinant (sur les murs). C’est donc tout naturellement que l’idée du dessin pour le travail de groupe s’est développée.

Le langage visuel prend son essor avec l’ambition de favoriser la compréhension de sujets complexes et la prise de recul sur les projets ou les échanges d’idées. Elle devient intéressante lorsqu’il s’agit d’accompagner des processus collaboratifs ou de transmettre des documents plus faciles à lire :

  • des séminaires, des conventions, des réunions
  • du coaching d’équipe
  • favoriser la cohésion d’équipe
  • les activités de team building

Mais au-delà de comptes rendus plus clairs, la facilitation graphique est un véritable outil de travail collaboratif. Elle permet de :

  • impliquer chacun des collaborateurs à son niveau
  • attirer l’attention
  • favoriser la concentration
  • stimuler la curiosité et la motivation
  • stimuler le partage, l’interaction, l’adhésion des collaborateurs
  • co-créer à travers des exercices (exemple : brainstormings)
  • éveiller le travail collaboratif
  • structurer et formaliser les échanges

Néanmoins, les avantages de la facilitation graphique ne se limitent pas au travail de groupe. Elle est à considérer pour le travail individuel également, avec par exemple la prise de notes (sketchnote). La facilitation graphique faisant appel à ses propres mécanismes d’appropriation des discours, elle favorise la mémorisation et, en poussant un peu plus loin, la maîtrise même des sujets.

Comment le pratiquer ?

Le langage visuel est une gymnastique de l’esprit. Et comme toute gymnastique, on s’améliore en pratiquant. Parce qu’il s’agit de s’approprier des réflexes, des mécanismes de mémorisation, des symboles… il est compliqué de se jeter dans le grand bain sans penser que la pratique de la facilitation graphique va demander de l’entraînement. Cela veut dire commencer par s’appuyer sur des modèles existants ou sur une bibliothèque d’idéogrammes déjà établie et s’entraîner aux gestes, aux dessins.

Styles de bannières - langage visuel

Le langage visuel fait nécessairement appel à la symbolique et à la représentation de la langue, il semble donc évident de devoir se référer à des symboles communs pour la plupart d’entre nous. Bien sûr, comme pour toute pratique créative, cela peut conduire, par exemple, à la création de sa propre collection de modèles. Et, tout comme nous avons notre propre écriture, nous avons chacun notre « style graphique ».

Cette créativité peut s’accompagner d’une véritable recherche artistique ou stylistique. C’est une appropriation complète, de la recherche typographique au choix des signes de connexion. Mais au-delà de ces éléments, la facilitation graphique, c’est aussi un mode d’expression via :

  • des couleurs (souvent deux couleurs contrastées)
  • des formes
  • le choix de structures type (grille, Mind Mapping…), la structure permettant également de rythmer
  • la schématisation de personnage, etc.

Il faut toutefois sortir du préjugé selon lequel savoir dessiner est primordial pour utiliser la facilitation graphique. Le but n’est pas l’esthétique du message mais bien le message en lui-même : la compréhension par l’illustration.

Le langage visuel, la clé du travail collaboratif ?

Exemple de langage visuel - I.Quesnel

Comme déjà évoqué, le langage visuel est un outil intéressant pour le travail collaboratif. Mais pourquoi ?

Pour la créativité qu’il contribue à développer avant tout. Mais bien plus qu’un vecteur de créativité, le langage visuel est un outil :

Relationnel, en aidant à :

  • désamorcer d’éventuelles tensions (dessins humoristiques, côté ludique…)
  • communiquer dans le groupe
  • critiquer constructivement
  • faire de la médiation

Décisionnel, en participant à :

  • l’orientation du projet et des discussions
  • la prise de décision

Pratique, en permettant de :

  • fluidifier les idées
  • donner du sens aux idées, au projet…
  • créer du lien visuellement entre les idées
  • matérialiser les idées

C’est donc avant tout un outil de travail qui joint l’utile à l’agréable.

Le langage visuel, ou facilitation graphique, répond, à titre collaboratif, aux besoins et aux envies de changer les habitudes de réunion. C’est un outil intelligent pour redynamiser les ateliers de groupe autour de projets. À titre individuel, il s’agit d’une méthode ludique qui, en proposant une manière synthétique de prendre des notes, aide à la mémorisation tout en développant la créativité. Dans les deux cas, en jouant de son côté « léger » pour structurer des projets sérieux, le langage visuel est un outil complet pour aborder le travail sous un nouvel angle. Mais il est surtout essentiel de s’affranchir de sa crainte de ne pas savoir faire : tout est une question d’entraînement.

Nos formations dans ce domaine :

Quesnel Isabelle - ORSYS Grâce à plusieurs années d’expérience dans l’univers de la communication en tant que graphiste, webdesigner et chef de projet, elle créé son entreprise spécialisée en création de sites internet. Elle est experte dans les domaines de la communication visuelle et écrite. Et elle forme sur des outils comme les logiciels PAO mais aussi sur le référencement SEO.
Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Le langage visuel ou la facilitation graphique