Qui sont les travailleurs nomades ?


Share Button
travailleurs nomades - ORSYS

Ils nous font rêver ou verdir de jalousie avec les photos aux allures de cartes postales qu’ils postent régulièrement sur les réseaux sociaux. Pourtant, les travailleurs nomades ne sont pas, par définition, toujours en vacances.

Imaginez. Vous êtes sur une plage. Les orteils enfouis dans le sable fin, vous n’entendez que le roulement lent des vagues qui fait écho à la brise légère dans les palmiers – et au loin, les cris des oiseaux. Devant vous, les montagnes d’un vert étincelant se jettent dans la mer, embuées d’une beauté et d’un mystère qu’aucune carte postale ne saurait capturer. Sur vos genoux, votre ordinateur portable. Et vous travaillez.

Belle image, n’est-ce pas ? C’est en tout cas celle que l’on peut avoir en évoquant les travailleurs nomades, ces aventuriers du monde du travail qui sillonnent les routes tout en continuant à exercer leur métier. Ou peut-être que cela ne vous dit rien.

Au fond, cette représentation pourrait même être un brin fantasmée par rapport à la réalité. Alors, qui sont les travailleurs nomades ?

Les multiples facettes du travailleur nomade

Première certitude : le travailleur nomade existe bel et bien. Il évitera sans doute d’apporter son ordinateur à la plage, de peur d’y retrouver ce sable si peu compatible avec la technologie et de ne capter aucun Wi-Fi… Autrement, il sillonne réellement les routes.

Mais prenons les choses dans l’ordre.

D’abord, le terme « travailleur nomade » est vague, car il peut désigner plusieurs statuts et modes de vie différents. Si on devait les regrouper en un minimum de catégories, on distinguerait deux types de travailleurs nomades :

  • Les salarié.e.s, consultant.e.s ou expert.e.s internes en télétravail, voyages d’affaires et/ou se déplaçant dans les différents sites de leur organisation en France ou à l’étranger. Leurs lieux de travail changent fréquemment d’un pays à un autre, mais ils restent rattachés à une entreprise et ne sont pas à leur compte.
  • Les freelances et autoentrepreneurs qui concilient voyage et travail. En tant qu’indépendant.e.s, ils poussent le nomadisme moderne un peu plus loin et sont aussi qualifiés de « nomades digitaux ».

Il est tentant d’ajouter également les expatrié.e.s à la liste. Cependant, s’ils peuvent partir travailler dans un pays étranger pour un contrat d’une durée de deux ou trois ans, les expatrié.e.s ont un emploi stable et sédentaire. Et n’ont pas la flexibilité qui caractérise le mode de vie du travailleur nomade.

Qui devient travailleur nomade ?

Car si le travailleur nomade, et tout particulièrement le nomade digital, peut s’établir plusieurs années à un même endroit, son choix ne dépend que de lui (et de la politique de visa du pays concerné) et d’aucun employeur.  

Pas d’employeur, mais des clients. Loin de passer son temps les doigts de pied en éventail, le travailleur nomade doit développer son activité, prospecter, entretenir sa relation client, tenir sa comptabilité… Bref, le quotidien frénétique d’un freelance, voire d’un entrepreneur, auquel s’ajoute la mobilité quasi permanente. Un statut qui requiert une excellente organisation et une bonne discipline personnelle si l’on souhaite le conserver. Qui a dit que le travailleur nomade était toujours en vacances ?

Et les métiers du travailleur nomade, compatibles avec ce mode de vie, sont multiples. Ils tournent en général autour des domaines de l’informatique, du Web ou du multimédia – soit des métiers liés de près ou de loin aux nouvelles technologies :

Ce sont donc des professionnel.le.s aguerri.e.s et/ou débrouillard.e.s qui attrapent sac à dos et ordinateur pour embrasser la vie itinérante avec tous ses avantages et inconvénients. Et à en croire les nombreux guides qui voient le jour, même le rush d’adrénaline engendré par l’incertitude financière et l’absence de domicile fixe semble séduire de plus en plus d’aventurier.e.s en herbe.

Web 3.0 et dématérialisation : l’ère des nomades digitaux

Pour autant, le travail nomade n’est pas une pratique récente. Mais le développement des nouvelles technologies, ainsi que les bouleversements amenés par la transformation digitale, lui ont permis de se développer de manière considérable.

Pourquoi ? Tout simplement parce que le travailleur nomade doit pouvoir monter un business entièrement dématérialisé pour subsister.

Si cela pouvait demander une organisation assez complexe il y a quelques années, les solutions coulent de source aujourd’hui. Et pour cause : avant même de choisir le mode de vie radical du nomade digital, beaucoup de salarié.e.s sont déjà amené.e.s à se déplacer, changer de bureau, voire de pays ou à effectuer des voyages d’affaires. Une mobilité facilitée par la 4G, le Wi-Fi et les outils mobiles (ordinateurs portables, tablettes, Cloud Computing, Dropbox, etc.) qui permettent d’emporter ses fichiers et son environnement de travail partout avec soi.

Travailleur nomade : du rêve mais de la précarité

Le nomadisme digital apparaît finalement comme une méthode de travail 3.0 : à la fois facilité par l’ère numérique et encensé par les nouvelles générations Z ou Y qui en sont issues. Il suffit en effet de parcourir les communautés en ligne qui fleurissent sur le Web, telles que NomadList.com ou NomadHouse, pour se rendre compte que ce mode de vie attire une certaine tranche d’âge… et que le ou la célibataire entre 20 et 35 ans constitue un profil plus typique que le couple avec enfants. (Même s’il existe également.)

Et en même temps, est-ce réellement surprenant ? S’il nous fait rêver, le nomade digital n’a pas pour autant la vie facile, lui qui oscille constamment entre précarité et masse de travail. N’entreprend de se jeter dans cette vie aventurière que celui ou celle qui estime que le jeu en vaut la chandelle. Celui ou celle qui ne troquerait pour rien au monde sa liberté de voyager en exerçant son métier passion, pour la sécurité d’un emploi sédentaire et la vie de bureau.

D’ailleurs, ils et elles vous diront sans doute que le monde entier est leur bureau.

Nos formations dans ce domaines : 
Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *