Team building 3/3 : les limites du team building 2


Share Button
Team building 3/3 : les limites du team building

Un team building qui marche, c’est un team building où chacun a une place. Bien préparé, avec des acteurs qui se sentent concernés, il n’a aucune raison de ne pas porter ses fruits (Relire le principe du team building et les acteurs du team building). Oui mais… le team building n’est pour autant pas une solution miracle aux problèmes de management ou de cohésion. Il existe bel et bien des limites à ce qu’il peut apporter. Notre expert Pierre-Hugues Cacheleux* nous en parle.

Comment réagir face à ceux qui ne jouent pas le jeu ?

Il faut introduire chaque activité de team building en rappelant aux participants les 3 zones qui sont celles de confort, de risque/effort, et de panique. Les informer que nous allons les sortir de leur zone de confort. Mais dans le même temps, leur expliquer que cela sera fait avec une immense bienveillance et que jamais, ils ne seront mis en zone de panique. C’est la première chose. La seconde, c’est l’importance du sens de l’humour. Au-delà des exigences de conceptualisation, de technique et d’expertise RH, ce sont avant tout les intervenants qui font la réussite d’un bon team building.

Ceux-ci doivent être expérimentés en matière d’animation et de dynamique de groupe, et savoir déclencher l’envie de faire, de participer au parcours expérientiel proposé. Ils doivent, en un temps extrêmement court, manifester leur force d’entraînement des individus et des collectifs. Montrer qu’ils sont des leaders mobilisateurs et toujours bienveillants, des animateurs aux sens de l’humour et qui ont un sens du consensus très développés, pour systématiquement désacraliser les situations complexes et offrir des solutions à leurs interlocuteurs.

Ils doivent être la clé de voûte des animations, avec la juste dose de provocation pour susciter remise en cause et engagement de chacun.

Pour le dire autrement, le sens de l’humour est l’un des premiers critères de recrutement des animateurs, quels que soient les disciplines artistiques qui sont les leurs.

Quelles limites doit-on poser au team building ? (horaires, activités à sensation…)

Lors d’un séminaire, il faut impérativement caler un planning et le rendre connu de tous. Il doit intégrer des moments de pause comme dans le cadre strict du travail. N’oublions pas que nous amenons les participants à une forte implication émotionnelle, il faut donc prévoir des temps de respiration. C’est aussi la raison pour laquelle le choix d’un lieu de séminaire est essentiel : celui qui offrira un espace détente type SPA, un espace pétanque, quelques tables de ping-pong, ou tout simplement de confortables salons ou des lieux de promenades… devra être privilégié.

Enfin, on peut voir l’intérêt de s’éloigner des activités à sensation forte, ou qui impliquent trop explicitement le corps. Par exemple, les activités artistiques sont indiscutablement les plus à même de déclencher les énergies individuelles et les émotions collectives évoquées précédemment.

Enfin, on peut voir l’intérêt de s’éloigner des activités à sensation forte, ou qui impliquent trop explicitement le corps. Par exemple, les activités artistiques sont indiscutablement les plus à même de déclencher les énergies individuelles et les émotions collectives évoquées précédemment.

Le business du team building

Le team building ne peut se contenter d’être un rendez-vous jovial entre collègues. Devenu un incontournable du management, il peut prendre toutes les formes et devient l’outil managérial des transitions et de la cohésion. C’est une opportunité d’être créatif et investi pour son équipe. La possibilité de créer des souvenirs d’équipe et de générer une énergie nouvelle. Le team building est un moment pour rappeler qu’il ne s’agit pas de n’être que des « collaborateurs » mais également aussi des personnes.

Or, comme tout concept à la mode, il perd un peu de sa « valeur ». Devenu une véritable manne économique, il perd son approche conviviale au profit d’une frénésie de la motivation à tout prix.

Team building : l’essentiel

Il est donc essentiel de rappeler que non, une demi-journée hors les murs ne peut pas suffire à renverser une dynamique d’équipe ou produire le changement de fond attendu en termes de process et de leadership. Il est même impératif de comprendre que le team building seul ne peut pas apporter toutes les solutions. Il doit s’inscrire dans un programme beaucoup plus vaste d’évolution des comportements et des méthodes de travail.

Il ne peut être question de team building intelligent sans réflexion autour de son élaboration. Il s’agit d’analyser les besoins, les axes de progression et de tenir compte des personnalités de l’équipe. Une fois ce moment partagé, il faut également savoir dialoguer pour en retirer les éléments qui permettront d’atteindre les objectifs fixés.

Nos formations dans ce domaine : PH Cacheleux - Intervenant ORSYS

*Pierre-Hugues Cacheleux

Diplômé du DESS GRH, c’est au sein des Groupes Crédit Agricole et Banque Populaire – Caisse d’Epargne qu’il a notamment œuvré en qualité de Responsable RH, affutant ainsi une expertise au service du développement des compétences et performances des individus et des collectifs. C’est en s’appuyant entre autres sur cette riche expérience bancaire qu’il a ensuite créé deux structures au service de ce même développement des potentiels : un cabinet de conseil et formation spécialisé dans la gestion des ressources humaines et un pour le développement personnel et relationnel.

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Team building 3/3 : les limites du team building

  • Nicolas Guillermou

    Bonjour,
    Merci pour vos articles sur la Team Building. Ils sont plutôt juste et pas du tout caricaturaux, ce qui est assez rare en la matière. Je suis le gérant d’une agence de Team Building (qui fait 750 prestation de Team Building à l’année), et je vous confirme que les 2 piliers de la réussite d’un Team Building c’est le concept et les animateurs.
    L’un sans l’autre ne peut pas marcher. Mais on croise parfois certains acteurs qui cumules des concepts bancals et des animateurs non expérimentés. Le désastre assuré !