« Plus on place l’homme au cœur de l’organisation, plus elle est performante » 6


Share Button

3d little humans carry performance letters

« La gentillesse ? C’est le sujet de ma vie ! » lance Nathalie Olivier, sculptrice de compétences. Cette intervenante ORSYS nous explique comment la bienveillance aide les entreprises à rester performantes.

Gentillesse et performance sont-elles compatibles dans le monde de l’entreprise ?

Toutes les études le prouvent : plus on place l’homme au cœur de l’organisation, plus elle est performante. Plus on est épanoui au travail, que le management est adapté, plus on est performant. Si ce n’est pas le cas, l’entreprise devra gérer les bore-out – le fait que les collaborateurs s’ennuient au travail et s’épuisent – ou les burn-out – syndrome d’épuisement dû au stress.

bonnehumeur3Il est aisé de voir la différence majeure entre un manager focalisé sur le savoir-faire et les compétences (« Tu dois savoir faire ci, ça… ») et ceux qui ont une vision collaborative, sont dans le savoir-être et amènent les personnes à se développer, à s’épanouir. Le premier pourra hurler quinze fois pour qu’une mission soit effectuée, tandis que le second n’aura nul besoin de dire, puisque les collaborateurs anticiperont : s’ils doivent rester plus tard, ils le feront sans que personne ne le demande, mais parce qu’ils savent que c’est juste, qu’ils travaillent dans une logique où l’on se respecte.

Je vois dans certaines entreprises des collaborateurs rester malgré des salaires fourchette basse, tout simplement parce qu’ils s’y trouvent bien. C’est le cas notamment dans une entreprise que j’ai suivie pendant cinq ans et qui a été cédée par une dirigeante ultra-bienveillante. Le repreneur n’avait pas cette même qualité. En six mois, cette entreprise qui enregistrait chaque année de belles performances – et ce depuis vingt ans – a vu son chiffre d’affaires diminuer d’un tiers. Les meilleurs salariés sont partis, d’autres étaient en arrêt de maladie…

Justement, quels sont les bénéfices de la bienveillance en entreprise ?

Avec la bonne humeur, le plaisir, la convivialité, les gens vivent mieux, travaillent mieux ensemble.

La gentillesse change le regard sur les collègues. On arrive à comprendre, à accepter la différence : on se rend compte que même si on s’entend moins bien avec une personne, on ne peut pas la changer. Une personne a un comportement stupide, qui nous agace ? Quand on adopte le « mode gentillesse », on réalise que la personne a des problèmes, souffre… On ne nourrit pas un climat de méfiance ou de colère, on peut donc travailler ensemble en intégrant le fait que l’autre nous apporte quelque chose de différent.

Climat social amélioré, recrutement facilité, absentéisme et arrêts de maladie diminués… les bénéfices sont nombreux pour l’entreprise. L’organisation bienveillante respecte l’équilibre vie professionnelle-vie privée des collaborateurs. Elle veille à ce qu’ils prennent leurs vacances, favorise la garde d’enfants, le télétravail, aménage les horaires selon les métiers, organise des journées sociales, solidaires… Elle connaît donc moins de turnover, car les salariés se sentent bien. Cela donne du sens au travail. Et, par ricochet, ce bien-être touche les familles des collaborateurs : s’ils sont bien au travail, ils rentrent moins stressés, souriants quand ils retrouvent leurs conjoints et enfants.

Comment accompagnez-vous les entreprises pour qu’elles évoluent vers plus de bienveillance ?

TravauxJungLe respect, la tolérance sont les clés. J’utilise beaucoup le jeu des quatre couleurs, basé notamment sur les travaux de Jung. La (les) couleur(s) dominante(s) d’une personne permet(tent) de décrire sa manière de voir le monde. Un individu dont la personnalité dominante est rouge s’opposera aux verts. Tandis qu’un autre dont la personnalité est bleue s’opposera aux jaunes… mais on a besoin des quatre types de personnalité au travail. Le jaune est celui qui a une idée, est collaboratif sur un projet. Le rouge, un commercial, un dirigeant, est dans l’action. Le bleu, plutôt comptable, va apporter des détails, des normes, des cadres. Le vert apporte du sens de la bienveillance dans tout le groupe.

Les tests que j’ai créés permettent de se rendre compte que chaque collaborateur apporte quelque chose de différent. J’amène ensuite chacun à avoir une communication transparente et claire, à évoluer vers plus d’équité, à se remettre en cause et à communiquer par rapport à « l’être ». On ne peut pas dire à une personne « tu as raison » ou « tu as tort ». Chacun pense et ressent ce qu’il veut : c’est personnel, cela lui appartient. Communiquer c’est parler à l’être, entendre l’éventuelle souffrance de l’autre, et non parler de ce que la personne paraît ou fait.

Existe-t-il des similarités entre les entreprises qui font appel à vous ? 

Comme je l’affiche clairement sur mon blog, je ne travaille qu’avec des clients qui ont une dimension éthique, s’intéressant à l’humain, et ayant le sens de l’humour ! Les sociétés qui vont vouloir travailler pour plus de bienveillance seront dans tous les cas des organisations où la quête de pouvoir, la manipulation existe. Lorsqu’on est centré sur l’ego, on détruit le travail. On est dans le « politique » plus que dans la bienveillance.

Donnez-nous trois bonnes raisons de pratiquer la gentillesse…

 Il y en a plus que ça… La gentillesse, pour plus de bien-être, de plaisir, plus de confiance, d’espoir, plus d’efficacité… et de sens !

 

Formations associées : Communication et relationnel

NathalieOLIVIER

 

Pour suivre Nathalie Olivier : http://rhconseilpme.blogs.com/saviezvous/

 

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 commentaires sur “« Plus on place l’homme au cœur de l’organisation, plus elle est performante »