L’Open Data, source d’innovations pour les entreprises 1


Share Button

Open Data2

Par la Rédaction ORSYS*

Apparu pour la première fois en 1995 dans une publication scientifique américaine, le concept d’Open Data a été défini dans sa forme actuelle en 2007 par trente penseurs et activistes de l’internet. Depuis, les initiatives se développent tant du côté des organismes publics que des entreprises, qui en font un véritable levier d’innovation… Explications.

L’Open Data ? Un concept issu de l’open source, revendiquant le libre accès aux données publiques ou privées par tous et pour tous. Il s’agit donc de rendre service à la « communauté », sans pour autant porter atteinte à la sécurité des données. Ainsi, chacun peut consulter, réutiliser des informations que des administrations ou des entreprises ont décidé de rendre publiques. Ce mouvement – proche d’une philosophie – qui concerne le monde entier, considère donc que l’information publique est d’intérêt général.

Les administrations, fer de lance de l’Open Data

En France, cette démarche touche avant tout les administrations contraintes par la loi à la transparence. Dès 1997, le premier ministre affirme que «les données publiques essentielles doivent désormais pouvoir être accessibles à tous gratuitement sur Internet».

Les premières initiatives sont nées dès 2010 : les villes de Rennes et Paris ont créé leurs propres plateformes offrant l’accès à des informations concernant les budgets, les statistiques de vote, les surfaces boisées, les titres les plus empruntés à la bibliothèque municipale… Des initiatives qui ont incité l’État à donner le jour à Etalab, un projet donnant librement l’accès aux informations publiques de l’État, des collectivités, des établissements publics, etc. Portrait statistique des régions françaises, cartographie des réseaux de transport, plans locaux d’urbanisme… le champ d’application est large.

En parallèle, le gouvernement a incité d’autres organisations à s’atteler au projet. Cet été, la publication d’un décret, obligeant l’Institut national de la propriété industrielle (INPI) à donner accès gratuitement à ses bases de données d’ici au 1er octobre. Quelque 4 millions de brevets, marques, dessins… sont donc consultables dans un format ouvert sur le site data.gouv.fr

Et ce n’est pas tout : un projet de loi permettant d’accéder aux données publiques de santé – tarifs des professionnels, évaluations de l’efficacité des médicaments… – vient également d’être déposé.

Open Data3

Un outil d’innovation pour les entreprises aussi !

Villes, régions, ministères, mais aussi entreprises vont donc publier leurs données. Les groupes La Poste, la SNCF, la Lyonnaise des eaux… ont déjà commencé. L’exemple en est avec la SNCF qui affirme clairement que la valorisation des données est un « levier d’innovation pour une mobilité plus informée, fluide et personnalisée ». Une assertion qui n’est pas qu’un discours de communicant, puisqu’une application permet aux usagers de la SNCF d’obtenir des informations de confort préalablement à leur voyage – quelle rame dispose de sièges disponibles… Tout voyageur peut alimenter la base de données sur l’appli développée pour Smartphone, en indiquant le taux d’occupation de sa voiture. Ce service doit son existence au partage des informations dans un format utilisable par d’autres personnes, afin d’en faire profiter le plus grand nombre.

Et demain, on croisera les informations divulguées par des voyageurs, avec des informations de flux, mais aussi celles diffusées par les caméras dans les lieux de transport, ou celles contenues dans les cartes de transport…

Car l’Open Data constitue une réelle opportunité de créer des services innovants… et d’attirer de nouveaux consommateurs.

L’idéal étant de croiser différentes sources d’information afin d’apporter encore plus de valeur aux données. Les secteurs bancaire, agroalimentaire, de l’énergie et des télécoms sont ceux qui semblent les plus porteurs. La Poste, par exemple, a créé un service d’identité numérique (IDN) offrant l’accès à une liste d’internautes dont l’identité a été vérifiée par le facteur. Ainsi, les sites d’échanges entre particuliers peuvent intégrer ce service pour bénéficier d’une garantie contre l’usurpation d’identité. Côté alimentaire, le projet Open Food Facts propose à chacun de renseigner les informations nutritionnelles des produits sur leur smartphone. Objectif : aider à faire les bons choix alimentaires en évitant certains additifs, comparer des produits pour trouver les plus sains…

Le secteur bancaire n’est pas en reste : le Crédit agricole a créé sa plateforme creditagricolestore en septembre dernier. Ce « magasin » propose des applications mobiles en ligne plébiscitées par les clients, et développées par des « digiculteurs » à qui la banque ouvre son système d’information (sans qu’ils ne puissent consulter les données clients) et donne accès à une interface de programmation documentée.

Des freins à lever

Open Data4

Mais le paysage de l’Open Data est-il aussi « rose » que cela ? Pas vraiment… Il reste encore de nombreux freins à lever. Prenons l’exemple d’Etalab : la logique voudrait que les collectivités rejoignent la plateforme pour ouvrir l’accès à leurs informations. Or, ils ne seraient qu’une petite dizaine à l’avoir rejointe, les autres projets ayant initié leur propre infrastructure… Les Échos** indiquaient que cinq plateformes existaient pour la seule région Aquitaine ! Autant d’énergies déployées, d’efforts diffus et de budgets dépensés aux frais des contribuables…

Et du côté des entreprises, sont-elles prêtes à ouvrir l’accès à leurs données ? Un tel changement culturel n’est pas si simple… Il met en jeu les questions cruciales de la confidentialité et de la sécurité. Pourtant, et on le constate aujourd’hui, l’argument de la transparence constitue bien un véritable levier commercial…

* En collaboration avec Guy Chesnot, consultant et expert formateur ORSYS sur le Big Data, l’Open Data…

** Les Échos du 17 janvier 2014

Voir aussi notre avis d’expert VIDEO « Open Data » en vidéo.

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “L’Open Data, source d’innovations pour les entreprises

  • Infogérance

    L’open data garantit-il réellement la sécurité IT de l’entreprise ? A l’heure où le piratage informatique prend de plus en plus d’ampleur et où les hackers ne lésinent plus sur les moyens pour pouvoir accéder aux données confidentielles des salariés, je pense que l’open data n’est pas la solution qui convient à toutes les structures, et principalement pas les PME.