Les cyber-objets demain dans l’entreprise ?


Share Button
objets-connectes-une
Par la rédaction d’Orsys

Balance, réfrigérateur, smartwatch, smartTV… les objets connectés envahissent notre univers personnel. Considérés comme l’une des révolutions numériques de cette décennie, ces appareils toucheront-ils le monde professionnel ?

Les objets connectés ? Des appareils du quotidien, dont la technologie embarquée permet de communiquer à distance, via des capteurs, des liaisons Internet… Les Smartphones jouant, la plupart du temps, le rôle d’unité centrale qui recueille les informations, pilote les objets à distance… Santé, remise en forme, loisirs, énergie, domotique : leurs usages explosent dans la sphère familiale. Le marché devrait d’ailleurs doubler d’ici à trois ans pour concerner 11 millions de Français*. Mais qu’en est-il dans l’entreprise ?

Des applicatifs professionnels « en devenir »

BUREAU CONNECTE

Aujourd’hui, les secteurs de la distribution, de l’automobile ou de l’aéronautique utilisent des objets « pucés » avec les étiquettes RFID (Radio Frequency Identification) afin de transmettre des informations sur les objets (référence, caractéristiques…). Objectifs : mieux suivre les processus de fabrication et optimiser la gestion des pièces détachées, par exemple. Côté « projets », l’équipementier automobile Bosch envisage, lui, la connexion des véhicules au trafic routier, par exemple. Mais force est de constater que les applicatifs professionnels sont encore rares… Outre les téléviseurs, pèse-personne, réfrigérateurs connectés, il existe peu de « cyber-objets » en entreprises. Si nombre d’entre elles ont entamé leur révolution digitale, peu ont investi les secteurs permettant de répondre aux attentes de leurs semblables. Pourtant, des économies d’échelle à la facilitation des échanges jusqu’à à la fluidification des processus… les applicatifs et leurs bénéfices dans le monde professionnel sont multiples.

La sécurité au cœur des enjeux

000000043765

Ce qui empêche le monde professionnel d’avancer sur ces évolutions ? Principalement – et à l’identique des problématiques du BYOD** – les questions concernant la sécurité des données. Car, qui dit objet connecté dit liaison Internet, et donc adresse IP. Or, la problématique de l’entreprise, et plus particulièrement des DSI (direction des systèmes d’information), est de s’assurer que les données transmises, collectées et stockées ne seront pas détournées de leur usage initial.

Sans protection particulière, l’objet pourrait ouvrir l’accès à des données sensibles, ou même se transformer en un spammeur envoyant des e-mails en masse, ou transférant les images collectées par caméra IP sur des sites Internet… Face à de telles menaces, la mise en place de bonnes pratiques – mise à jour des correctifs de sécurité, sécurisation des postes de travail, des serveurs… – semble encore insuffisante à elle seule. Elle devra s’accompagner de solutions spécifiques de contrôle d’accès et de systèmes de veille permettant d’interdire la corruption d’autres équipements par un éventuel cyber-objet « infecté ».   Firewalls, antivirus, proxy… déjà présents au sein des systèmes d’information existants auront alors un rôle primordial à jouer.

Un marché prometteur pour les éditeurs de solutions de sécurité. En effet , si certaines innovations comme les flashcodes semblent déjà lasser, le marché de l’Internet des objets reste promis à un bel avenir. Selon le cabinet Gartner Inc***, pas moins de 30 milliards d’objets seraient connectés dans le monde en 2020, contre 4 milliards en 2010**** !

En savoir plus sur les formations Sécurité Réseaux : ici

*Étude de l’Atelier BNP Paribas, téléchargeable ici

**Bring your Own Device

***Gartner Inc est une entreprise américaine de conseil et de recherche dans le domaine des techniques avancées. ****IDATE (cabinet spécialisé dans le suivi des marchés des secteurs télécoms, Internet et médias) a, lui, estimé ce chiffre à 80 milliards.

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *